Sport

Fecafoot : la vengeance d’Eto’o secoue le football camerounais

Fecafoot : la vengeance d'Eto'o secoue le football camerounais

La récente affaire impliquant Samuel Eto’o et Marc Brys a secoué le monde du football camerounais, mettant en lumière des tensions institutionnelles profondes. Initialement suspendu par Samuel Eto’o, président de la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot), Marc Brys a finalement été réintégré à son poste de sélectionneur des Lions Indomptables après l’intervention de hauts responsables, révélant les dissensions entre la Fecafoot et le ministère des Sports.

Le stage de préparation pour les qualifications de la Coupe du Monde 2026 s’est transformé en un véritable psychodrame. Les joueurs, lors des matchs contre le Cap-Vert et l’Angola, ont été confrontés à un manque flagrant de matériel, révélant les problèmes logistiques et de coordination au sein des instances dirigeantes. Marc Brys, choqué par cette situation, a exprimé son exaspération, soulignant un manque d’équipements essentiels sans précédent en 26 ans de carrière.

Cette crise logistique n’était que le symptôme visible d’une rivalité plus profonde entre les staffs de la fédération et du ministère, chacun cherchant à imposer son autorité. La Fecafoot a accusé Marc Brys de remaniements non autorisés et a déclaré avoir été exclue des préparatifs des matches, ce qui a été perçu comme une tentative délibérée de marginaliser l’organe directeur du football camerounais.

Lire aussi :   PSG : Ethan Mbappé sur le départ après le transfert de son frère Kylian

Face à ces obstacles, les joueurs ont été directement impactés, perturbant sérieusement la préparation des matchs importants. Cette situation a poussé Eto’o à prendre des mesures drastiques pour réaffirmer son contrôle sur l’équipe nationale, illustrant une forme de vengeance administrative contre les ingérences perçues du ministère des Sports.

La crise a atteint son paroxysme lorsque la Fecafoot, sous la direction d’Eto’o, a retiré les équipements et les tickets pour les matches, marquant la volonté de reprendre le contrôle total sur la gestion de l’équipe nationale. Cette décision radicale, bien que controversée, a souligné l’autorité de la Fecafoot et de son président, tout en mettant en lumière les défis persistants de gouvernance dans le sport camerounais.

Leave a Comment