ActualitéEconomie

Les déboires agricoles du Maroc en Europe : un acteur en difficulté

Les déboires agricoles du Maroc en Europe : un acteur en difficulté

Le secteur agricole marocain est confronté à une période critique, exacerbée par des récents cas de non-conformité sanitaire qui remettent en question les pratiques agricoles et les politiques de contrôle des exportations. Un lot de poivrons cultivés au Maroc et destinés au marché européen a été testé à la frontière espagnole, révélant des niveaux élevés de pesticides, notamment de chlorpyrifos et de fenazaquine, dépassant largement les normes européennes.

Le chlorpyrifos, un insecticide interdit dans l’UE depuis 2020 en raison de ses effets nocifs sur le système nerveux, présentait des concentrations entre 0,21 et 0,1 milligramme par kilogramme, bien au-dessus de la limite autorisée de 0,01 milligramme. Quant à la fenazaquine, un acaricide interdit en Espagne, sa présence soulève des inquiétudes quant à la surveillance des produits phytosanitaires dans l’agriculture marocaine.

En réponse à cet incident, le système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires de l’Union européenne a qualifié la situation de très grave, assurant que les produits incriminés avaient été refoulés à la frontière et n’avaient pas atteint le marché espagnol.

Lire aussi :   Réaction au Bénin : Kemi Seba critiqué par le gouvernement

Cet événement s’inscrit dans un contexte plus large de tension croissante envers les produits agricoles marocains en Europe. Des incidents répétés de retardement voire d’attaque des camions transportant des fruits et légumes marocains vers l’Europe mettent en évidence une atmosphère tendue. La Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader) a même porté plainte devant les tribunaux espagnols, dénonçant une stigmatisation injustifiée.

Au-delà des implications sanitaires, cette situation révèle des enjeux commerciaux et diplomatiques sensibles. Le gouvernement marocain, par le biais de son porte-parole Mustapha Baitas, a réagi en mobilisant les canaux diplomatiques pour défendre l’accès des produits agricoles marocains au marché européen, crucial pour l’économie du pays.

Ces difficultés soulignent la nécessité d’une réflexion approfondie sur les pratiques agricoles au Maroc, les mécanismes de contrôle qualité et les relations commerciales avec l’Union européenne. Cette situation met en lumière l’importance d’une régulation efficace et d’une coopération renforcée pour assurer la conformité des produits dans un marché mondialisé où la sécurité alimentaire est une préoccupation majeure. Elle pose également la question des mesures que le Maroc pourrait prendre pour améliorer ses normes et restaurer la réputation de ses exportations agricoles.

Lire aussi :   Projet de 8,7 milliards de dollars pour produire de l'hydrogène vert en Tunisie

Leave a Comment