Sport

Implication des politiciens dans le sport au Cameroun : conflit à la Fecafoot

Implication des politiciens dans le sport au Cameroun : conflit à la Fecafoot

Au cœur du Cameroun, la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot) est actuellement au centre d’une polémique soulevant la question de l’ingérence des politiciens dans la gestion du sport, un domaine où leur expertise est souvent remise en question. La récente dispute entre Samuel Eto’o, président de la Fecafoot, et l’entraîneur belge de l’équipe nationale, Marc Brys, exacerbée par les interventions du ministère des Sports, met en lumière les défis associés à la politisation du sport.

Les tensions ont atteint un sommet lorsque Samuel Eto’o et Marc Brys ont eu une altercation médiatisée, montrant un Eto’o irrité par un Brys qui semblait minimiser l’autorité de la Fecafoot en préférant des réunions avec le ministère des Sports plutôt qu’avec la fédération elle-même. Brys a été suspendu pour son comportement jugé irrévérencieux, soulignant les tensions entre le pouvoir fédératif et l’influence gouvernementale.

En réaction, Samuel Eto’o a convoqué une réunion d’urgence du comité exécutif de la Fecafoot, aboutissant à la mise à pied de Brys. Martin Mpile a été nommé entraîneur intérimaire, une décision devant être entérinée par la FIFA, illustrant les efforts d’Eto’o pour maintenir l’autonomie de la fédération face aux pressions politiques.

Lire aussi :   Une pépite sénégalaise refuse le Luxembourg pour les Lions de la Teranga

Le ministre des Sports, Mouelle Kombi, se retrouve dans une position délicate, soutenant Brys tout en étant confronté à la popularité et à l’autorité d’Eto’o. Cette situation met en lumière la complexité des relations entre les entités gouvernementales et les organisations sportives au Cameroun, où le sport reflète souvent les dynamiques politiques plus larges.

La population camerounaise suit de près ces développements, majoritairement en faveur d’Eto’o, qui a su rallier un soutien populaire malgré l’opposition manifeste du ministère des Sports. Ce conflit symbolise les luttes de pouvoir qui surviennent lorsque les politiciens s’impliquent dans des domaines spécialisés comme le football, où les décisions devraient idéalement être prises par des experts du sport.

Ce différend souligne la question de la compétence et de l’ingérence politique, tout en mettant en lumière les risques de politiser le sport. Les décisions prises par Eto’o pour protéger l’intégrité de la Fecafoot pourraient redéfinir la gestion du football au Cameroun, en établissant un précédent pour une gouvernance plus autonome et moins influencée par les caprices politiques.

Lire aussi :   Ronaldinho crée la polémique au Brésil : scandale autour de ses critiques contre la Seleção

Leave a Comment