ActualitéPolitique

Tournée gouvernementale au Bénin : un casting maladroit en pleine crise socio-politique

Tournée gouvernementale au Bénin : un casting maladroit en pleine crise socio-politique

Des représentants du gouvernement Talon parcourent actuellement le Bénin dans le cadre d’une tournée gouvernementale visant à rendre des comptes aux citoyens. Cependant, le moment choisi pour cette initiative est délicat, étant donné la situation sociale tendue des dernières semaines. Cette démarche soulève des questions sur l’opportunité de la communication du régime de la Rupture.

Les délégations gouvernementales ont visité les 77 communes du Bénin, accompagnées de responsables de partis politiques soutenant les actions du gouvernement de Patrice Talon. Leur objectif est de présenter aux populations les réalisations du gouvernement et de rectifier ce qu’ils considèrent comme des informations erronées, afin de rétablir la vérité.

Cependant, cette initiative intervient dans un contexte de mécontentement social. Les Béninois sont encore marqués par la répression policière liée au non-respect du code de la route. La vie chère demeure une préoccupation majeure, tandis que les syndicats ne digèrent pas l’interdiction de leurs manifestations et les arrestations de certains militants. Les populations rencontrées par les délégations du camp Talon sont également celles touchées par des cas d’expropriation jugés abusifs par la société civile.

Lire aussi :   Élection HAAC au Bénin : Tchibozo, Houssou et Gbègonnoudé élus par les médias

Alors que les attentes se concentrent sur des questions politiques telles que la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés, le gouvernement a choisi de rendre des comptes aux populations après trois ans de mandat. Cette démarche soulève des interrogations sur son cadre et son timing, qui ne correspondent pas à une fin de mandat. Cette tournée pourrait nécessiter une nouvelle évaluation dans un an pour couvrir les deux dernières années de la présidence Talon.

Cette initiative, critiquée lorsqu’elle était menée par l’ancien président Boni Yayi, soulève des questions sur la pertinence du moment et du mode de communication actuels. Il est essentiel de se concentrer sur la reddition de comptes aux citoyens, en excluant les chefs de partis politiques et autres intervenants non gouvernementaux des délégations.

Leave a Comment