ActualitéPolitique

Russie : Poutine autorise la saisie des biens américains en riposte

Russie : Poutine autorise la saisie des biens américains en riposte

Depuis le début de la crise ukrainienne en février 2022, la Russie fait face à une série de sanctions internationales sans précédent. En réponse à son action militaire, les États-Unis et leurs alliés ont gelé de vastes montants d’actifs russes, y compris environ 300 milliards de dollars de réserves financières de la Banque centrale de Russie. Ces sanctions ont visé à limiter les capacités financières et économiques de Moscou, réduisant ainsi son influence sur la scène internationale et érodant ses relations avec l’Occident.

Le président russe Vladimir Poutine a récemment signé un décret qui marque une escalade significative dans cette confrontation économique. Ce décret autorise explicitement la saisie de biens américains situés en Russie, alléguant que cette mesure vise à compenser les pertes subies par la Russie suite au gel de ses avoirs à l’étranger. Le texte officiel stipule que le gouvernement russe doit, dans un délai de quatre mois, adapter sa législation pour faciliter l’application de ces nouvelles directives.

Lire aussi :   Alfeor renforce sa position dans le nucléaire en France avec deux acquisitions stratégiques

Selon le décret, une commission gouvernementale russe est désormais chargée d’identifier les biens américains en Russie susceptibles d’être saisis. Ces biens pourraient inclure des actifs financiers comme des titres, des biens immobiliers, ainsi que d’autres formes de propriété. La décision finale quant à la nature et à l’étendue des compensations sera déterminée par un tribunal, soulignant la volonté de Moscou d’encadrer juridiquement ces mesures de rétorsion.

L’initiative russe fait suite à des discussions au sein du G7 concernant l’utilisation des actifs russes gelés, notamment pour financer l’aide à l’Ukraine et renforcer les sanctions. Ce bras de fer financier intervient alors que la capacité de la Russie à réagir de manière symétrique est affaiblie par la réduction des investissements étrangers en Russie depuis le début de la guerre.

L’ancien président russe Dmitri Medvedev a récemment admis que les biens américains en Russie sont relativement limités, suggérant que les mesures prises pourraient avoir un impact asymétrique. Cette stratégie pourrait notamment cibler les biens de particuliers et de grandes entités d’investissement américaines, amplifiant ainsi les tensions entre les deux superpuissances.

Lire aussi :   Tournée gouvernementale au Bénin : un casting maladroit en pleine crise socio-politique

Cette nouvelle politique de Moscou pourrait non seulement exacerber les tensions avec les États-Unis, mais également avec l’ensemble de la communauté internationale, affectant potentiellement les relations économiques futures et la stabilité géopolitique mondiale.

Leave a Comment