Politique

RDC demande embargo minerais Rwanda, tensions internationales croissantes

RDC demande embargo minerais Rwanda, tensions internationales croissantes

La République démocratique du Congo (RDC) a récemment appelé à un embargo international sur les exportations de minerais en provenance du Rwanda. Cette demande fait suite aux accusations de Kinshasa selon lesquelles le Rwanda utiliserait des groupes rebelles pour exploiter illégalement les ressources naturelles de la RDC. La ministre congolaise des Mines, Antoinette N’Samba Kalambayi, a qualifié ces minerais de « minerais de sang », soulignant que leur vente alimente le conflit dans l’est du pays.

Antoinette N’Samba Kalambayi a insisté sur l’importance du respect des pratiques minières responsables par tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement. Elle a également plaidé en faveur d’un embargo contre le Rwanda, affirmant que cette mesure contribuerait à freiner le financement des conflits par le biais des minerais, à restaurer la confiance des parties prenantes et à protéger les intérêts économiques légitimes de la RDC. Cette déclaration intervient après la prise de contrôle des principales mines de tantale de l’est de la RDC par le groupe rebelle M23 au début du mois de mai.

Lire aussi :   BRICS: Tensions entre Inde et Chine, escalade militaire près de la frontière indo-chinoise

Le Rwanda a nié à plusieurs reprises les accusations selon lesquelles il soutiendrait le M23 en échange de minerais de contrebande. Yolande Makolo, porte-parole du gouvernement rwandais, a qualifié ces allégations de « stratégie de bouc émissaire » utilisée par Kinshasa pour dissimuler ses propres lacunes en matière de sécurité et de gouvernance. Des enquêtes, comme celle menée par l’ONG Global Witness en 2022, ont également révélé que la majorité des minerais exportés par le Rwanda proviennent illégalement de la RDC.

La situation s’est internationalisée avec les récentes accusations des États-Unis à l’encontre du Rwanda pour un bombardement dans l’est de la RDC, entraînant la mort de plusieurs personnes. Tandis que Kigali rejette ces allégations, Kinshasa les soutient fermement. Les tensions croissantes dans la région ont conduit à des appels internationaux en faveur du respect de la souveraineté de la RDC et de la cessation des hostilités.

Des initiatives diplomatiques sont en cours pour résoudre le conflit, avec les États-Unis jouant un rôle de médiateur. Des discussions ont eu lieu entre les dirigeants régionaux et des hauts fonctionnaires américains. Le président congolais Félix Tshisekedi a suspendu tout dialogue avec le Rwanda jusqu’au retrait des forces rwandaises de son territoire. Les appels internationaux en faveur d’une solution pacifique se multiplient, mettant en lumière la complexité et l’importance de la situation dans la région.

Lire aussi :   L'UE avertit le Sénégal de Diomaye Faye sur la pêche : Bruxelles met en garde Dakar

Leave a Comment