ActualitéEconomie

Investissements massifs dans les mines africaines par un groupe émirati

Investissements massifs dans les mines africaines par un groupe émirati

Le conglomérat émirati International Holding Company (IHC) a annoncé son intention d’investir massivement dans le secteur minier africain d’ici 2024. Selon le Financial Times, IHC, par le biais de sa filiale International Resources Holding (IRH), envisage d’acquérir des actifs miniers dans plusieurs pays africains pour un montant d’un milliard de dollars. Cette décision s’inscrit dans la stratégie de diversification et d’expansion mondiale du groupe.

Présidé par le cheikh Tahnoon bin Zayed Al Nahyan, roi de l’émirat d’Abu Dhabi, le groupe dispose d’actifs évalués à 240 milliards de dollars. Actuellement, des négociations sont en cours pour l’acquisition de concessions minières dans des pays clés du continent africain tels que le Burundi, le Kenya, la Tanzanie et la Zambie. Ces pays regorgent de ressources minérales et représentent des opportunités stratégiques pour l’expansion du portefeuille minier d’IHC.

L’Afrique, avec ses vastes réserves de minéraux précieux et industriels, attire de plus en plus les investisseurs internationaux. L’initiative d’IHC reflète une tendance croissante où les conglomérats mondiaux cherchent à sécuriser des approvisionnements en matières premières essentielles pour soutenir les industries technologiques, énergétiques et manufacturières.

Lire aussi :   La Russie envisage des centrales nucléaires flottantes en Guinée pour répondre aux besoins énergétiques croissants

Les négociations en cours mettent en lumière l’intérêt croissant pour les ressources africaines et le potentiel économique du continent. Le Burundi, le Kenya, la Tanzanie et la Zambie possèdent une variété de gisements, allant de l’or et des diamants aux terres rares et au cuivre, offrant des perspectives lucratives pour les investisseurs avertis.

Un investissement significatif comme celui envisagé par IHC pourrait apporter des avantages substantiels aux pays africains concernés, notamment en termes de création d’emplois, de développement des infrastructures et de transfert de technologies. Il pourrait également stimuler l’économie locale et contribuer au développement durable des régions minières.

L’initiative d’International Holding Company d’investir un milliard de dollars dans le secteur minier africain souligne l’importance croissante du continent dans l’économie mondiale des ressources. Avec une gestion stratégique et une mise en œuvre réussie, cette expansion pourrait devenir un modèle de collaboration bénéfique entre les investisseurs internationaux et les économies africaines.

Lire aussi :   Les batteries Tesla inquiètent : autonomie en berne selon une étude

IRH a déjà signé des accords de coentreprise pour l’extraction de minerai de fer dans deux sites en Angola, Kassala Kitungo et Munenga. Des pourparlers avancés sont également en cours pour l’extraction de nickel au Burundi ainsi que de divers métaux en Tanzanie et au Kenya.

Leave a Comment