ActualitéSanté

Herpès : le Bénin teste un traitement expérimental potentiel

Herpès : le Bénin teste un traitement expérimental potentiel

Une avancée scientifique prometteuse a été réalisée dans le domaine du traitement de l’herpès, une infection virale courante qui peut causer des douleurs et des inconforts considérables. Les chercheurs du Fred Hutch Cancer Center ont mis au point une thérapie génique expérimentale qui montre des résultats encourageants dans le traitement de l’herpès oral et génital. Cette avancée, publiée dans Nature Communications le 13 mai, pourrait représenter un pas important vers un potentiel remède.

Le traitement expérimental implique une injection de molécules d’édition génique dans le sang. Ces molécules sont guidées par des vecteurs modifiés en laboratoire pour cibler les cellules nerveuses où le virus de l’herpès se cache. Une fois sur place, des enzymes agissent comme des ciseaux moléculaires pour endommager ou éliminer les gènes du virus, empêchant ainsi sa réparation et conduisant à son élimination par les systèmes de réparation de l’ADN du corps.

Les essais sur des modèles murins ont montré des résultats impressionnants, avec une élimination de 90 % du virus HSV-1 après une infection faciale et de 97 % après une infection génitale. Ces réductions ont été plus complètes avec le temps, suggérant une efficacité durable du traitement. De plus, la fréquence et la quantité de virus excrétés ont été significativement réduites, réduisant ainsi le risque de transmission.

Lire aussi :   La Russie défie Starlink en Ukraine: brouillage et cyberattaques contre le réseau de Musk

Le Dr. Keith Jerome, professeur au Fred Hutch, explique que ce traitement simplifié utilise désormais un seul vecteur et une seule enzyme pour cibler l’ADN du virus en deux endroits. Cette approche allégée présente moins d’effets secondaires et est plus facile à produire, facilitant ainsi son passage aux essais cliniques. Malgré ces résultats encourageants, des étapes cruciales doivent encore être franchies avant que la thérapie ne soit disponible pour les patients.

Les chercheurs travaillent activement à adapter cette technologie pour cibler le HSV-2, responsable de l’herpès génital. La collaboration avec de nombreux partenaires et les régulateurs fédéraux est en cours pour garantir la sécurité et l’efficacité de cette thérapie génique avant les essais cliniques. Le soutien des défenseurs des patients atteints d’herpès est également essentiel pour progresser vers un potentiel remède à cette infection répandue.

Leave a Comment