Politique

L’Algérie coupe l’électricité au Maroc

L'Algérie coupe l'électricité au Maroc

Les relations entre le Maroc et l’Algérie, deux poids lourds du Maghreb, connaissent une période de tensions depuis plusieurs années. Les différends historiques, notamment autour du Sahara occidental, ainsi que la rivalité pour l’influence politique et économique, ont contribué à cette situation délicate. En août 2021, l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, accusant son voisin d’actions hostiles. Depuis lors, des mesures restrictives ont été prises, affectant divers aspects de la coopération bilatérale.

Récemment, l’Algérie a pris une nouvelle décision qui illustre l’ampleur de la rupture entre les deux nations. En coupant le robinet énergétique qui la liait au Maroc, l’Algérie a soulignéla déconnexion entre les deux pays. Le ministère marocain de la Transition énergétique et du développement durable a confirmé que depuis la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe en 2021, aucun échange d’électricité n’a eu lieu entre le Maroc et l’Algérie.

Cette interruption des flux électriques marque un tournant dans les relations énergétiques régionales, autrefois symboles de coopération. Malgré des infrastructures physiques en place, telles que les liaisons maritimes entre Oujda et Ghazaouet, et entre Oujda et Tlemcen, les échanges ont cessé. Les accords passés en 2008 permettant des échanges d’électricité ont pris fin avec la fermeture du gazoduc par l’Algérie en octobre 2021.

Lire aussi :   L'OTAN : Mark Rutte succède à Stoltenberg en tant que secrétaire général

Cette situation soulève des interrogations sur l’avenir énergétique de la région et les conséquences à long terme de cette déconnexion sur les économies et la stabilité énergétique régionale. La coopération régionale dans d’autres domaines pourrait également être affectée, accentuant la fragmentation économique du Maghreb.

La cessation des échanges électriques entre le Maroc et l’Algérie souligne les défis auxquels la région est confrontée. La reconstruction de ponts, qu’ils soient électriques ou diplomatiques, nécessitera une volonté politique forte pour surmonter les différends actuels et renouer le dialogue.

Leave a Comment