Accueil Sports

Au Cameroun, un sport indigène devient professionnel

Au Cameroun, un sport indigène devient professionnel | Benin Times
Au Cameroun, un sport indigène devient professionnel

Une équipe de jeunes Camerounais dévoués, regroupés dans le cadre du World Spark Your Talents, a propulsé l’un des sports les plus populaires en Afrique, surnommé affectueusement « esquive ». L’esquive a été numérisée et des plans sont en cours pour professionnaliser et valoriser ce sport.

Les initiateurs de la plate-forme numérique ont déjà commencé à faire pression pour que le jeu bénéficie d’une place dans les compétitions locales, nationales et internationales à travers l’Afrique et le monde. L’esquive est un sport indigène africain depuis des temps anciens. Il est dit être très populaire dans des régions comme l’Afrique centrale et occidentale avec un cas particulier du Cameroun où il est souvent joué par des filles à l’école et dans les communautés locales.

Les garçons sont cependant souvent présents dans le sport mais ne sont pas dominants. “Au fil des années, le sport, bien que plein d’énergie, a été relégué et abandonné”, a déclaré une équipe de jeunes informaticiens, experts en informatique, dirigés par David Fontawah Tse, dans un communiqué.

Selon eux, Dodge Sports Games (DSG) est une organisation qui vise à changer de marque et à présenter ce sport à la génération actuelle. « À partir d’échantillons aléatoires, de l’énergie impliquée et de l’enthousiasme généré, nous pensons que ce devrait être un sport inclusif. Etant donné que beaucoup de tactiques physiques, de force et d’intelligence peuvent être utilisées, nous encourageons les hommes à participer et à faire ressortir l’énergie de ce sport. Cela vise à professionnaliser ce sport et à fournir également une plate-forme où la communauté mobile peut être impliquée via l’application du jeu », ont ajouté les promoteurs du jeu.

Lire aussi  Débâcle de Issa Hayatou à la tête de la Caf : Anjorin Moucharafou, la descente aux enfers !

Les experts en informatique ont ajouté que DSG s’engage à créer des clubs localement et à l’international. « Nous sommes en train de mobiliser les communautés et les personnalités pour créer des équipes qui participeront à différentes compétitions sur des territoires nationaux et internationaux. Nous nous efforçons également de faire de ce jeu, un sport professionnel mondial dans les tournois de clubs et les tournois mondiaux ».

En ce qui concerne le Cameroun, ils ont engagé un processus visant à intégrer ce sport dans les programmes scolaires à tous les niveaux et secteurs de l’enseignement, allant de l’école primaire à l’université. « Nous sommes également en train de créer une stratégie permettant d’inscrire ce sport dans les compétitions régionales, nationales et de jeu FENASCO. Nous nous ferons un plaisir d’engager nos communautés africaines à participer activement à la concrétisation de cette vision en adoptant ce sport », ont-ils déclaré.

Ils ont ajouté: « L’esquive a la capacité de rivaliser avec d’autres jeux, en particulier avec l’énergie et la tension qu’elle génère au cours du processus. L’esquive est le seul sport africain indigène à avoir la capacité d’être joué dans un terrain ouvert comme un stade de plus de 100 000 spectateurs et nous travaillons à en faire une réalité. Ce sera un effort collectif pour projeter nos sports nationaux dans le monde entier.

Lire aussi  Espagne: Une strip-teaseuse dans le vestiaire d’un club crée un scandale

Nous appelons le grand public à soutenir de toutes les manières possibles pour donner vie à ce rêve en s’engageant activement dans toutes les activités qui seront mises en place. Notre objectif est de réintroduire et de rebaptiser nos propres jeux qui racontent nos histoires et représentent notre identité collective.

Ce jeu contribuera à maintenir un lien historique entre les générations les plus âgées, les plus jeunes et les générations futures. Pour y parvenir, nous avons développé un jeu qui fonctionnera à partir de plusieurs versions jusqu’à ce que la satisfaction maximale soit atteinte. »

Source : Camerounweb.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook