Accueil Sports

Affaire Seedorf: ‘qui veut tuer son chien l’accuse de rage !’

Affaire Seedorf: ‘qui veut tuer son chien l’accuse de rage !’ | Benin Times
Affaire Seedorf: ‘qui veut tuer son chien l’accuse de rage !’

Cet adage populaire pourrait s’appliquer à l’éternel problème des sélectionneurs des lions indomptables. Voici Seedorf viré comme un malpropre un an tout juste après son arrivée dans la sélection du Cameroun. Cet autre limogeage, qui suscite comme à son habitude beaucoup de débats, dans la société camerounaise depuis son rendu officiel, via communiqué FECAFOOT, semble pourtant rentrer dans les coutumes du pays de Roger Milla.

Pour une énième fois, le Cameroun vient de se séparer d’un sélectionneur pourtant présenté comme l’oiseau rare, après le départ précipité, dans les mêmes conditions de Hugo Broos, vainqueur de la coupe d’Afrique 2017 au Gabon. Avant lui, Pierre le chantre, Claude le Roi, Paul Leguen, Athur Georges, Ravier Clemente, wilfried sheffer, Otto fister, Volker Finker… avaient eux aussi gagnés par la petite porte, le dehors. Une habitude qui semble coller désormais à la réputation de l’équipe au palmarès international élogieux.

Oui parce qu’il s’agit quand même de la sélection, aux cinq couronnes continentale, aux sept participations records aux phases finales de coupe du monde, au premier quart de finaliste africain, d’une phase finale de coupe du monde, du médaillé d’or olympique de Sidney 2000. Un palmarès à la voix forte du football mondiale. Un palmarès acquis, sous le coup des humiliations des légendes vivantes du football mondial, et ce n’est pas Seedorf ou Kluvert ou encore Eto’o, Milla, Bell… qui diraient le contraire.

Et comme à son habitude, on n’est pas aller chercher très loin, pour clouer au piloris celui qui est présenté aujourd’hui, comme le plus incompétents coaches de la planète. La sortie prématurée des lions en huitième de finale de la coupe d’Afrique des nations qui se joue actuellement au pays des pharaons. Élimé par l’éternel rival Nigéria trois buts à deux, au cours d’un match amplement disputé par les poulains de Seedorf, de l’avis à la fois du public et du ministre des Sports camerounais, le coach serait le responsable en chef de ce qui est qualifié de débâcle par les supporteurs des Lions indomptables.

Lire aussi  Mercato – PSG : «Dybala ? Il y a des offres et des clubs ont fait part de leur intérêt»

Sur l’argumentaire tout y passe, non maîtrise de l’effectif, des schémas tactiques, climat délétère au sein de la sélection… c’est une chance pour la paire Seedorf-Kluvert d’avoir échappé à la plus connue de tous, achat des places au sein de la tanière. Les dieux néerlandais véritablement ont été avec leur fils. Car ici, on a vu pire. Ce pendant force est de constater que ces multiples limogeages avec le temps ne semblent pas régler le problème à la fois des lions en particulier et du football camerounais en générale qui sombre au fil des temps.

Le Foot camerounais va mal

Au commencement était un football des plus attrayants du continent, qui a vu éclore de nombreux talents présentés aujourd’hui comme des véritables icônes du football africain et mondiale. Dans cette académie, on peut citer Milla, Eto’o, Abega, Mboma, Nkono, Bell… tous prisés par les plus grands clubs du monde, Real, Barça, Marseille… La situation aujourd’hui semble très différente de cette époque glorieuse. C’est avec des joueurs pratiquement évoluant en seconde zone que doivent désormais composer, les sélectionneurs des Lions indomptables.

Et Pourtant cet argument ne semble pourtant pas contenter les supporteurs des lions qui voient en ces sélectionneurs des faiseurs de miracle dont aucune erreur n’est permise. Ajouté à cela tous semblent fermer les yeux sur les batailles des clans et réseaux ; batailles de gestions et de contrôle d’énormes sommes d’argent que génère le football dont la sélection fanon. Ces réseaux d’influences qui ne lèsent sur aucun moyen, pour imposer leur choix au coach qui à des fois lui-même issu du même circuit, puisque jamais on ne viendra expliquer aux camerounais pourquoi tel et pas tel autre, souvent attendu dans la short-list.

Lire aussi  Ecureuils : Sessegnon laisse filer un record !

Dans cette mafia, les coach ne sont que des marionnettes entre les mains, des véritables artificiers, que l’opinion, localise à la fédération camerounaise de football, au ministère de sports et même à la présidence de la république d’où les décisions se prennent en faite, en ce qui concerne la vie sociopolitique du Cameroun. On assiste donc à quelque niveau que ce soit à une instrumentalisation des institutions, à des fins égoïstes. On a encore en mémoire les récentes déclarations de Hugo Broos, dans une interview choc accordée à la chaîne Canal 2 INTERNATIONAL au lendemain de son limogeage.

Sur le cas Seedorf, on veut juste apprendre qu’on n’est pas encore au bout du suspense. En attendant il faut préparer les prochaines échéances qui frappent déjà à nos portes à savoir la CAN 2021 et surtout prier que les vieux démons ne refassent surface. Trouver l’homme rare, qui acceptera jeter sa réputation en pâture, pour venir pourquoi pas sortir le football camerounais de sa situation difficile.

Source : Camerounweb.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook