Accueil Société

Rencontre gouvernement-syndicats : Les conditions pour une année apaisée définies

0
La deuxième session ordinaire de la Commission Nationale Permanente de Concertation et de Négociation Collectives de l’année 2018 s’est ouverte hier à l’Infosec de Cotonou. A l’occasion, le gouvernement et les centrales et confédérations syndicales s’en tiennent à aplanir les divergences pour une année apaisée.

A l’orée de la rentrée scolaire prévue pour le lundi prochain, le gouvernement de la Rupture a repris bec avec les centrales et confédérations syndicales. Pour les centrales et confédérations syndicales, pour que la rentrée scolaire 2017-2018 soit apaisée, le gouvernement doit répondre à certaines conditions. Ces conditions ont été énumérées dans le la déclaration livrée par le porte-parole des centrales et confédérations syndicales. Selon Moudachirou Bachabi, Secrétaire général de la confédération générale des travailleurs du Bénin et porte-parole des syndicats, le gouvernement doit faire preuve de sincérité et de bonne foi en apportant des réponses concrètes aux problèmes du système éducatif s’il espère une année scolaire sans anicroche. A cela s’ajoute aussi le paiement des arriérés de salaire aux enseignants en activité depuis plus d’une décennie et qui n’ont toujours pas reçu leurs salaires ainsi que l’amélioration du taux horaire des enseignants vacataires. Après le lancement des négociations deux centrales se sont retirées. Il s’agit de la confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) et l’union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb) qui avaient programmé pour ce jour une marche de protestation contre l’encadrement du droit de grève tel que adopté par le parlement.

Sandric DIKPE

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Nord Sud ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here