Accueil Société

Regard des dignitaires sur la fête du Vodoun  : Dah Gbèdiga Adoko rassure d’une bonne organisation

Regard des dignitaires sur la fête du Vodoun  : Dah Gbèdiga Adoko rassure d’une bonne organisation | Benin Times

Dans moins de 48 heures, le Bénin va célébrer la fête des religions endogènes. Décrétée depuis 1992, elle est célébrée le 10 janvier de chaque année. A quelques heures de cet évènement national, une équipe du Groupe de Presse « Le Matinal » s’est rapprochée du Coordonnateur national de la fête du Vodoun, Dah Gbèdiga Adoko, pour en savoir davantage sur les préparatifs et les dispositions pratiques prises cette année 2018. Lire ci-dessous l’intégralité de l’entretien.

Le Matinal : Où en êtes-vous avec les préparatifs du 10 janvier ?

Dah Gbèdiga Adoko : Toutes les dispositions sont prises au niveau du gouvernement. Les préfets des différents départements sont responsabilisés avec les maires au niveau de chaque département. En ce qui concerne l’organisation même, les lieux ont été choisis par les maires de commun accord avec les prêtres du Vodoun, les conservateurs de trône. Plusieurs séances ont été organisées à cet effet. Par exemple, dans le département du Littoral, le préfet et le maire de Cotonou nous ont beaucoup aidés. Nous avons choisi la localité d’Akpakpa pour célébrer le 10 janvier dans le département du Littoral.

Les manifestations officielles dans un premier temps vont se dérouler à Ouidah plus précisément à la plage. Après Ouidah, il y a aussi Bohicon. En dehors de ça, dans le septentrion, il y a le département du Borgou, plus précisément à Parakou. Dans le Mono et le Couffo, ils ont choisi Djakotomey. Pour cette fois ci, ce n’est pas une seule localité qui va abriter les manifestations officielles. Pour cette année, les manifestations officielles sont réparties. Ça va être fait parce que c’est avec le concours du Chef de l’Etat.

Est-ce que tout est fin prêt ?

Oui. Tout est prêt puisque déjà la veille, je crois qu’au niveau des couvents, on doit commencer par faire les prières de bénédictions. Il y a des opérations cultuelles qui doivent être organisées dans les couvents Vodoun du Nord au Sud. On doit commencer déjà par immoler les animaux en ce qui concerne les sacrifices qu’il faut pour obtenir une très belle bénédiction pour la Nation béninoise.

Lire aussi  Journée internationale du travail, édition 2017 : Les artisans mobilisés autour de Brice Hondi

Cette année, y a-t-il une particularité ?

Je parlerai de la sécurité. Je crois que le Chef de l’Etat a fait l’essentiel au niveau des départements, des communes et même au niveau des arrondissements. Il a donné des instructions aux préfets et aux maires de s’occuper correctement de leurs localités dans tous les secteurs. Par exemple, dans le département du Littoral, nous nous sommes beaucoup entretenus avec le maire de la ville de Cotonou. Il nous a apporté beaucoup d’aides, des moyens avec lesquels on sera sûr pour célébrer correctement la fête.

Des aides financières ?

Des aides financières mais aussi des aides de prières en ce qui concerne les immolations. Et puis le chef de l’Etat a donné des instructions fermes pour que la fête se passe normalement et sans inquiétudes.

Le Chef de l’Etat sera de la partie ?

Le Chef de l’Etat sera bel et bien de la partie puisqu’ il a commencé par nous soutenir. Donc il est déjà de la partie. Même s’il n’est pas physiquement présent, il enverra ses représentants.

A combien s’élève le budget ?

Dans, ce domaine précis, il n’y a pas un budget qui a été octroyé. Chaque localité est responsabilisée pour s’occuper correctement des adeptes du culte Vodoun et de son terroir.

Propos recueillis par : Gildas Azongnissou (Stag)

Professeur David Koffi Aza, président du Conseil national des cultes endogènes du Bénin (Conaceb) : « Les hostilités vont commencer à 09 heures »

« Les préparatifs vont bon train. Le volet national de la fête sera organisé par le Conaceb à Bohicon sur l’esplanade de la Société des huileries du Bénin (Shb). A partir de 09 heures déjà, les hostilités vont commencer. Nous sommes à pied d’œuvre pour la manifestation. Notre rencontre avec le ministre de la Santé nous a permis d’avoir plus d’informations sur l’évolution de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa, mais sur les précautions à prendre pour éviter la contamination. Au niveau des milieux endogènes, nous drainons du monde. Il faudra aussi élargir la sensibilisation aux fidèles pour que le message puisse passer. »

Lire aussi  Pèlerinage marial 2018 à Banamè :Daagbo en communion avec les fidèles chrétiens

Hounzandji S. Victorin, président national du culte Atingali du Bénin : « Il y aura également des cérémonies dans chaque département »

« Nous avons commencé les préparatifs de la fête du vodoun. C’est la ville de Bohicon qui est retenue pour les festivités officielles, mais il y aura également des cérémonies dans chaque département. Dans ma congrégation, les petits plats sont en train d’être mis dans les grands pour que la fête soit belle. »

Hounnongan Tchètoula : « Nous avons reçu des directives sur certains reflexes surtout lorsqu’il s’agit d’un regroupement »

« Nous avons eu une séance de travail avec le ministre de la Santé dans la perspective de la célébration de la fête de 10 janvier 2019. Etant donné que les festivités drainent assez de fidèles du culte vodoun, le ministre a échangé avec nous sur les dispositions à prendre pour prévenir la contamination de la fièvre hémorragique à virus Lassa. Nous avons reçu des directives sur certains reflexes surtout lorsqu’il s’agit d’un regroupement. »

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Actu Benin ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook