Accueil Société

Programme « redevabilité »: Les populations opinent et proposent 

  Bénin/Programme « redevabilité »:

Les populations opinent et proposent    

Le programme « redevabilité »,  au-delà d’un concept est un mécanisme qui permet de rationnaliser les ressources dans les administrations et structures décentralisées. Les populations de Cotonou, Porto-novo, Abomey-calavi, Lokossa et environs, dans leur diversité se prononcent sur la question et font des propositions…               

Le concept  « redevabilité » parfois aussi traduit comme  reddition des comptes est une traduction du terme anglais  accountability. La « redevabilité »   est l’ensemble des mécanismes qui permettent de rendre compte au cours ou a  la fin de l’exercice d’une fonction d’un mandant ou de la mise en œuvre d’une activité  de développement.

Sur la question, Ernest Tindo, ancien Dga Cncb, Expert en économie maritime, cadre Supérieur de l’administration béninoise déclare, « L’exigence de« redevabilité »  suppose que nos administrations et nos structures décentralisées prennent des mesures pour réduire les nombreuses dénonciations liées à  la mauvaise gouvernance, aux inégalités liées a  l’exclusion de certaines couches de la société, aux injustices faites aux  administrés et aux  organisations de la société civile ».

Volonté d’instaurer une gestion rationnelle…

Dans la même logique, Idelphonse  Sotohou, Chargé  a  la Communication de la Mairie de Lokossa précise, « Conformément à la loi du 15 janvier 1999 portant attribution, fonctionnement des Communes en République du Bénin et à l’article 6 de la charte de reddition de comptes, toute personne investie d’un pouvoir public doit rendre compte. Il est recommandé aux autorités publiques de faire connaître à leurs mandats des réalisations  faites dans un domaine donné ». C’est ainsi que Armel Tagnon, Journaliste, Directeur de Publication du quotidien « L’Indépendant »estime que la reddition de compte est la plus simple  expression de la volonté d’instaurer une gestion rationnelle dans les administrations et structures décentralisées. Il en est de même pour Fabrice Avosse, Enseignant d’Histoire-Géographie dans les lycées et collèges de Cotonou qui  opine « Dans un pays qui aspire au développement, la reddition de compte doit être un reflex pour l’administratif, qui doit rendre compte de ce qu’il a fait a un moment donné. »

Un reflex …   

Cependant, certaines populations expriment leur pessimisme. Nadiath Korode Djaboutou, Socio-Anthropologue s’interroge, «  On se demande parfois si les comptes rendus dans les administrations et structures décentralisées sont fidèles  et tiennent véritablement compte de ce qui est fait.. »  Constant Adjahoungba, Ancien Assistant du Chargé a la Communication du Ministère de l’enseignement supérieur renchérit, « combien d’entre nous assistons  aux séances de compte rendu des conseils communaux ? On se dit que c’est l’affaire   des élus communaux. Et c’est pourquoi la décentralisation peine toujours à devenir efficace car, élus locaux  et mandants ne jouent pas et ne comprennent pas leurs rôles. ».   C’est évident que les avis sont partagés  sur la question. Honfo Danielle Chantal, Secrétaire-Comptable renvoie les différentes sensibilités a l’idéal  et propose «  La reddition de compte ne doit pas être un mythe mais un reflex que toute personne   aspire gérer une parcelle de  pouvoir doit avoir. Cela y va de la crédibilité de ce dernier et garantit une certaine stabilité dans la gestion. Au delà des formalités, il faut également tenir compte de la sincérité et d’une présentation fidèle  des différentes activités exécutées pendant une période donnée ».  Pour finir, Fabrice Avosse fait un lien entre  reddition de compte, démocratie et  développement.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook