Accueil Société

Organisation du Hadj : Plus de gap financier pour l’Etat

0
Au total, trois mille cinquante-un (3.051) Chrétien musulmans du Bénin prennent part à l’édition 2018 du pèlerinage à la Mecque en Arabie Saoudite. Pour s’y rendre, ces derniers ont été répartis sur deux types de vols. Il s’agit des vols réguliers et des vols charters.

Pour le compte des vols réguliers, mille six cent soixante-cinq (1665) pèlerins ont déjà effectué le voyage. En ce qui concerne les vols charters, mille trois cent quatre-vingt-six (1386) pèlerins vont voyager. Les premiers pèlerins béninois à fouler le sol saoudien par vol charter, ont quitté Cotonou le mardi 07 aout. Ils sont au nombre de deux cent quatre-vingt-deux (282) pèlerins dont deux (2) bébés. Le deuxième vol a eu lieu le mercredi 08 aout avec trois cent onze (311) pèlerins à bord. Le retour des pèlerins est programmé du 9 au 13 septembre 2018. Au total cinq (5) vols charters sont prévus.

Nouveauté

Cette année, seule la compagnie de droits béninois Air Taxi Bénin assure le transport des pèlerins à l’aller comme au retour par vols charters. La sérénité autour de l’organisation du Hadj est due au travail de fond fait par le Comité national de supervision présidé par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurelien Agbénonci.

En effet, depuis deux ans, les préparatifs du Hadj au plan national ont connu de profondes réformes au niveau de l’organisation. Ces réformes ont eu pour impact l’amélioration des activités du Hadj notamment la célérité dans l’enregistrement des pèlerins, la délivrance des passeports et l’obtention des visas. Entre autres, l’organisation du Hadj est aussi caractérisée par une gestion rigoureuse des conflits entre les convoyeurs, source permanente de désordres, de tripatouillages voire d’escroqueries.

Outre, il convient d’ajouter l’implication personnelle du chef de l’Etat à travers des rencontres organisées au Palais de la Marina avec les groupes de convoyeurs, en présence des membres du Comité de supervision. En plus des préparatifs à l’interne, les conditions de pèlerinage des Béninois, une fois à destination, constituent aussi et surtout une préoccupation majeure du chef de l’Etat. Enfin, l’Etat ne connait plus de gap financier dans l’organisation du Hadj et aucun pèlerin n’est abandonné à son sort après avoir payé tout ce qui lui est réclamé.

Juste SEWLAN

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Nord Sud ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here