Accueil Société

Organisation des élections en Afrique:La Céni de la Mauritanie en fin de mission au Bénin

La Commission électorale nationale indépendante de la Mauritanie (Céni) est en fin de séjour au Bénin. Les échanges d’expériences et de partage de bonnes pratiques d’administration électorale qu’elle a entamés le 22 décembre 2018 avec son homologue du Bénin ont pris fin le lundi 31 décembre 2018 à la grande satisfaction des deux parties.

La Céna du Bénin et la Céni de la Mauritanie se donnent désormais la main pour des élections transparentes dans leurs pays respectifs. Durant 10 jours, ces Organismes de gestion des élections (Oge) ont eu l’opportunité d’interagir en menant d’intenses et fructueuses discussions soutenues par une variété de communications enrichissantes portant sur les différents aspects du processus électoral depuis la convocation du corps électoral jusqu’à la proclamation des résultats et le règlement des conflits issus du scrutins. Outre cela et pour permettre à ses hôtes de mieux s’imprégner du rôle des principaux acteurs des élections au Bénin, la Céna a initié des séances de travail avec le président de la Cour constitutionnelle et celui du Cos-Lépi en charge du fichier national. Selon le président Emmanuel Tiando, la grande leçon qu’on pourrait tirer des échanges est qu’une élection crédible acceptée de tous dépend de la qualité, de la compétence et de l’impartialité de l’organe de gestion des élections. Toutefois, il a fait remarquer que l’efficacité d’une Oge n’est pas une condition suffisante pour garantir la crédibilité d’un scrutin. L’intégrité électorale, a-t-il martelé, est aussi subordonnée à l’existence d’une justice électorale indépendante, à des partis politiques responsables, à des Osc rompues à la veille citoyenne, à des médias attachés au professionnalisme et à la déontologie, à des forces de sécurité attachées aux valeurs républicaines de neutralité et de service public.

« Un tel vœu ne peut se réaliser que dans le dialogue, et la tolérance ainsi que la prise de conscience par tous qu’un organe de gestion des élections véritablement professionnel est un instrument approprié pour l’exercice du jeu démocratique et un facteur de préservation de la paix sociale. C’est du devoir de nos organes électoraux de prêcher ces vertus afin de faire ancrer la culture démocratique au sein de nos Etats », a-t-il informé. C’est d’ailleurs pour cela qu’il trouve utiles des rencontres d’échanges du genre entre les Oge. A l’endroit de son homologue de la Mauritanie, Leabed Aderranahmane, ses mots ont été des remerciements. « Monsieur le président ! Vous nous aviez fait un grand honneur en choisissant de venir échanger avec la Céna du Bénin pour vous inspirer de nos expériences dans le cadre de l’indispensable partenariat qui doit exister entre nos Oge, valorisant ainsi la coopération Sud Sud.

http:// »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js »

<ins class= »adsbygoogle »

style= »display:block; text-align:center; »

data-ad-layout= »in-article »

data-ad-format= »fluid »

data-ad-client= »ca-pub-4711733241009537″

data-ad-slot= »5661125067″></ins>

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || ).push({});

Joël Samson Bossou

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Actu Benin ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook