Accueil Société

Limogeage des chefs d’établissements pour insuffisance de résultats : Anselme Amoussou et Noël Chadaré se prononcent…

Limogeage des chefs d’établissements pour insuffisance de résultats : Anselme Amoussou et Noël Chadaré se prononcent… | Benin Times
Limogeage des chefs d’établissements pour insuffisance de résultats : Anselme Amoussou et Noël Chadaré se prononcent…

Le ministre de l’enseignement secondaire a déchargé plusieurs chefs d’établissements scolaires pour insuffisance de résultats. Une décision que désapprouvent les secrétaires généraux de la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), Anselme Amoussou et de la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), Noël Chadaré…

Pour Anselme Amoussou, il s’agit d’une décision injuste. Dans son intervention sur la radio nationale, cette décision, selon lui, est une « manière de stigmatiser les chefs d’établissements », car, à son avis, ils ne sont pas les seuls fautifs. Intervenant sur la même radio, Noël Chadaré, estime qu’il importe de s’interroger sur l’impact de cette mesure qui consiste à décharger des responsables d’établissements scolaires depuis deux ou trois années. A l’en croire, cela est encore loin d’être la solution. « Il faut aller voir ce qui fait qu’il y a ces résultats dans ces milieux-là. Est-ce que toutes les conditions sont réunies effectivement pour qu’on puisse sanctionner ces directeurs ? Est-ce qu’ils ont le matériel pédagogique qu’il faut ? Est-ce que les subventions sont arrivées à temps pour qu’ils puissent avoir les intrants pédagogiques ?», s’interroge le secrétaire général de la Cosi-Bénin. Et de poursuivre : «Une mission égale des moyens et des hommes. Mais est-ce qu’on a les moyens financiers qu’il faut ? Est-ce qu’on a les hommes qu’il faut ? Est-ce qu’on a les matériels qu’il faut d’abord ? Nous devons régler ces problèmes avant de sanctionner les gens». Même son de cloche de la part du Sg/Csa-Bénin.   « Un établissement… c’est un environnement avec les moyens de bord ; parfois sans enseignants, parfois sans l’accompagnement du milieu, de l’administration et des parents. Aujourd’hui, c’est lui seul qui doit en pâtir ? Quand vous venez à la tête d’un établissement, vous héritez d’une situation que vous n’avez pas forcément créée», explique Anselme Amoussou.

Lire aussi  Développement de la ville de Porto-Novo : Jacques Migan et le FRD unis autour du label Porto-Novo

A.B

Source: Matin Libre

Commentaires Facebook