Accueil Société

Incendie de Notre-Dame de Paris : La structure «est sauvée»

Incendie de Notre-Dame de Paris : La structure «est sauvée» | Benin Times
Incendie de Notre-Dame de Paris : La structure «est sauvée»

Ravagée lundi soir 15 avril par un incendie, apparemment accidentel, la cathédrale Notre-Dame de Paris est défigurée mais ne s’est pas totalement effondrée grâce à l’intervention des pompiers qui ont sauvé la structure de l’édifice, qu’Emmanuel Macron a promis de “rebâtir”.

Le « pire a été évité » a estimé lundi soir Emmanuel Macron après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, joyau de l’architecture gothique

que le chef de l’Etat a promis de « rebâtir » via une souscription nationale et en faisant appel aux talents du monde entier.

La structure de Notre-Dame de Paris « est sauvée et préservée dans sa globalité », avaient affirmé un peu plus tôt les pompiers lundi soir après des heures d’angoisse.

« Le feu a baissé en intensité », a renchéri à ses côtés le secrétaire d’Etat français à l’Intérieur Laurent Nuñez, tout en invitant à rester « extrêmement prudent ».

Plus tôt dans la soirée, Laurent Nuñez avait déclaré que le sauvetage de la cathédrale Notre-Dame n’était « pas acquis » malgré la mobilisation de quelque 400 pompiers et l’utilisation de 18 lances à eau. « Les sapeurs-pompiers attaquent cet incendie avec 18 lances à incendie, depuis l’extérieur mais aussi depuis l’intérieur, pour tenter de sauver cet édifice, ce qui à l’heure actuelle n’est pas acquis. »

« Le feu intéresse les deux-tiers de la toiture, qui s’est effondrée, ainsi que la flèche. Actuellement la manoeuvre vise à préserver l’arrière de la cathédrale, où sont situées les oeuvres les plus précieuses, que nous sommes en train d’évacuer. Les oeuvres les plus précieuses ont été mises à l’abri », déclarait en début de soirée le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, également présent sur place.

Il ajoutait : « La seconde manoeuvre concerne le beffroi nord, avec le risque d’effondrement des bourdons (cloches à son grave ndlr). Si les bourdons s’effondrent c’est l’effondrement de cette tour ».

Le feu a pris dans les combles de la cathédrale, monument historique le plus visité d’Europe, ont indiqué les pompiers. L’incendie se serait déclaré aux alentours de 18h50, heure de Paris, selon le porte-parole de Notre-Dame qui ajoutait alors que « toute la charpente est en train de brûler. »

D’immenses flammes ont dévoré la toiture, un large nuage de fumée grise, visible à des kilomètres à la ronde, s’échappait du bâtiment situé au centre de la capitale française, sur l’Ile de la Cité.

Impossible de larguer de l’eau

Environ 400 pompiers se sont mobilisés autour de l’édifice. Le largage d’eau par avion pour éteindre les flammes ne pouvait pas être une option, a indiqué lundi soir la Direction générale de la Sécurité civile, car cela pouvait en effet entraîner l’effondrement de l’intégralité de la structure.

Dévorée par les flammes, la flèche de Notre-Dame de Paris, emblème de l’édifice datant du XIXe siècle, qui culminait à 93 mètres, s’est effondrée sur elle-même ainsi que la toiture.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déploré un « terrible incendie ». La mairie a vite demandé de rester à l’écart de l’édifice et demandé d’évacuer la zone afin de laisser passer les secours pour qu’ils puissent intervenir.

« Sauver les œuvres d’art à l’intérieur »

Emmanuel Grégoire, maire adjoint à la mairie de Paris, a déclaré sur BFM que la priorité avait d’abord été « d’éviter que le risque d’effondrement fasse des victimes collatérales sur les riverains, les touristes ».

« Désormais la double priorité est de sauver les œuvres d’art à l’intérieur qui peuvent l’être car les dégâts seront majeurs et ensuite il y a la question du contrôle de l’incendie lui-même qui s’est étendu à toute la charpente et dont la violence est tout à fait spectaculaire », a-t-il ajouté.

Lundi soir, le recteur de la cathédrale a affirmé que la couronne d’épines et la tunique de Saint-Louis avaient été sauvées.

L’origine de l’incendie n’était pas connue dans l’immédiat. L’édifice est actuellement en réfection, un de ses flancs étant en particulier couvert d’échafaudages.

Macron et Philippe sur place

Emmanuel Macron, qui a annulé une importante allocution prévue ce lundi soir en réponse aux « gilets jaunes », s’est rendu sur le parvis de Notre-Dame de Paris. « Notre-Dame de Paris en proie aux flammes. Émotion de toute une nation. Pensée pour tous les catholiques et pour tous les Français. Comme tous nos compatriotes, je suis triste ce soir de voir brûler cette part de nous », a écrit le président sur Twitter avant de faire part de vive voix de son émotion. Le Premier ministre Edouard Philippe était également à ses côtés.

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne. Le monument gothique du Moyen-âge est le bâtiment le plus visité d’Europe, environ 13 millions de touristes le visitent chaque année.

La Fondation du patrimoine va lancer ce mardi une « collecte nationale » pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. « Cette collecte sera accessible le mardi 16 avril à partir de midi sur le site www.fondation-patrimoine.org », a précisé la fondation.

L’enquête sur le sinistre a été ouverte du chef de « destruction involontaire par incendie » et confiée à la Direction régionale de la police judiciaire, a annoncé le parquet.

Notre-Dame de Paris, un joyau historique du XIIe siècle

Notre-Dame de Paris, l’un des monuments les plus visités de la capitale, a été ravagée par un incendie lundi 15 avril. Cet édifice religieux est l’un des symboles de Paris mais aussi un joyau du christianisme.

C’est le joyau de l’architecture française. Construite au XIIe siècle sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully, la cathédrale Notre-Dame de Paris n’est achevée qu’au milieu du XIVe siècle, soit deux siècles plus tard.

Une œuvre décrite comme une avaleuse d’hommes puisque plus de trois générations d’artisans d’une même famille sont passées sur son chantier. Notre-Dame repose sur une charpente de bois constitué de 1 300 chênes. Cela représente plus de 21 hectares de forêt.

Ses deux tours culminent à plus de 69 mètres de hauteur et ceinturent l’édifice complet. Et sa flèche qui s’est effondrée atteignait les 96 mètres de haut. À noter qu’elle avait déjà été démontée en 1786 et reconstruite ensuite dans les années 1860.

Et puis Notre-Dame possède aussi trois bijoux. Les trois grandes rosaces construites au XIIIe siècle. Elles représentent trois roses aux pétales de verres multicolores. Trois fleurs du Paradis dont chaque médaillon symbolise un saint, un ange, un prophète. Enfin Notre-Dame est surtout symbolisée par ses dix cloches.

Neuf d’entre elles avaient été refaites pour le 850e anniversaire de la grande dame en 2013. Elles ont remplacé celles dont la qualité sonore était mauvaise et aujourd’hui, les Parisiens espèrent les entendre de nouveau.

Ce bijou du Moyen-Âge fut aussi et surtout le lieu du sacre de Napoléon Ier en 1805 immortalisé par le peintre David dans un tableau exposé aujourd’hui au Musée du Louvre.

C’est le monument historique français le plus vu avec plus de 13 millions de visiteurs par an.

Un monument important pour les papes à travers l’histoire

La cathédrale de Paris est un monument important pour les papes à travers l’histoire, plusieurs pontifes se sont rendus dans ce haut-lieu, cœur spirituel de la capitale, rapporte notre correspondant au Vatican, Eric Sénanque.

C’est en 1163 que le pape Alexandre III posa la première pierre de Notre-Dame, décidée par l’évêque de Paris Maurice de Sully. Au fil des siècles, les papes se sont rendus en pèlerinage dans la cathédrale. C’est là que Pie VII célébrera la cérémonie religieuse du sacre de Napoléon le 2 décembre 1804. Plus près de nous, Jean-Paul II y présida la messe lors de sa venue à Paris en 1980. « Ici, nous rencontrons le génie de la France », expliqua le pape polonais en évoquant le lieu sacré, rappelant « une splendide construction, trésor de l’art gothique, consacré à la Mère de Dieu ».

Le 12 septembre 2008, le pape Benoît XVI y célèbre les vêpres en compagnie de milliers de Parisiens. « Nous voici dans l’église mère du diocèse de Paris, la cathédrale Notre-Dame, qui se dresse au cœur de la cité comme un signe vivant de la présence de Dieu au milieu des hommes », rappelle le pape allemand.

« Le Saint-Siège a appris avec incrédulité et tristesse la nouvelle du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, symbole de la chrétienté, en France et dans le monde », a tweeté ce lundi soir le porte-parole du Saint-Siège Alessandro Gisotti, faisant part de sa proximité avec les catholiques français et la population parisienne, priant « pour les pompiers et pour tous ceux qui font leur possible pour faire face à cette situation dramatique. »

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook