Home Société Finale de « Ma Thèse en 180 secondes » – Marielle Agbahoungbata...

Finale de « Ma Thèse en 180 secondes » – Marielle Agbahoungbata gagne le concours « MT180 »

Marielle Agbahougbata est la lauréate de la 2ème édition du concours dénommée « Ma Thèse en 180 secondes » ( MT180), qui s’est tenue, ce jeudi 20 juillet, à l’Université d’Abomey-Calavi, à l’Amphithéâtre Etisalat. Avec un total de 81,5/100, elle arrache non seulement la première place mais aussi le prix du public qui unanimement a voté pour sa brillante prestation.

Pendant 180 secondes, c’est-à-dire 3 minutes, chacun des 15 candidats, tous doctorants, est passé défendre son travail de recherche devant un public bien attentif. Le jury composé de 6 membres, représentants le monde économique, les médias, le milieu culturel et la culture scientifique, a noté leurs prestations suivant 4 critères. Il s’agissait, entre autres, pour les candidats de démontrer leurs qualités d’orateur, de susciter la curiosité du public pour leurs sujets. La structuration de l’exposé et le coup de cœur ont également été notés.
Organisé par le Campus numérique francophone (CNF) de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) à Cotonou, le concours « Ma thèse en 180 secondes » a offert une occasion unique aux participants qui sont tous des doctorants de présenter en 3 minutes, le fruit de leurs recherches scientifiques.
Pour Stéfano Amekoudi, Directeur du Campus numérique francophone de Cotonou, ce concours est un concept anglo-saxon né en Australie en 2012. L’Agence Universitaire de la Francophonie a, selon lui, intégré la compétition, il y a trois ans et le Bénin seulement, l’année dernière. « En 2016, nous avons déjà présenté au Maroc, un candidat qui a défendu les couleurs du Bénin », a-t-il rappelé.

En plus de l’enveloppe financière de 400.000 FCFA et des lots offerts par Bleuzone, Isocel et autres partenaires de l’événement, Marielle Agbahougbata représentera le Bénin lors de la finale internationale, le 28 septembre 2017 à Liège, en Belgique. Tous frais du voyage et du séjour seront pris en charge par l’Agence universitaire de la Francophonie. Elle concourra alors aux côtés de 20 autres candidats issus d’universités francophones de Belgique, du Bénin, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la France, d’Haïti, d’Indonésie, du Liban, du Maroc, du Québec, de la République démocratique du Congo, de la Roumanie, du Sénégal, de la Suisse, de la Tunisie et des États-Unis.

Armel TOGNON

Source : aCotonou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here