Accueil Société

Evaluation intellectuelle des enseignants: Mahougnon Kakpo donne les vraies raisons et rassure

Le ministre Kakpo Mahougnon entouré du ministre Odile Attanasso et du Dob Alphonse da Silva, vendredi dernier, au siège de l’office du Bac , lors de la proclamation des grandes tendances

« …..On doit procéder à cette évaluation pour mieux identifier les besoins de ce sous-secteur. Il y a effectivement certaines informations disponibles mais qui sont insuffisantes. L’évaluation intellectuelle accompagnée d’un diagnostic physique devrait permettre d’avoir des informations assez claires pouvant lui permettre d’avoir un plan d’investissement et de recrutement fiable » a déclaré hier, le ministre de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle, Mahougnon Kakpo à la Télévision nationale, où il a été invité pour rassurer les candidats à ce test.  A la question de savoir si les enseignants ont connaissance de ces détails, le ministre indique : « Ils ont eu accès à ces détails parce que j’ai tenu plusieurs réunions avec leurs responsables syndicales au niveau du conseil sectoriel de dialogue social. J’ai même organisé une session extraordinaire pour la cause. A  cet effet, ils ont fait de propositions  et même suggéré le report de la date initialement prévue pour cette évaluation,  ce à quoi nous avons adhéré. Ils ont demandé à participer à la sensibilisation de leurs collègues  et  les  termes de référence ayant rapport à cette évaluation. Ce que nous avons fait. Donc la plupart des enseignants ont été sensibilisés sur la question ».

 

Des poches de résistance?

Il n’y a pas de résistance selon le ministre Kakpo,  mais  plutôt de « l’amalgame » dans le rang des enseignants qui n’ont pas les vraies informations. C’est pourquoi, il a saisi l’occasion, pour rassurer de ce que l’évaluation va de l’intérêt du système éducatif, des enseignants eux-mêmes et des apprenants. Pour l’heure, le niveau le processus est très avancé selon lui. « Les centres de compositions sont prêts, les responsables au niveau de la surveillance et de la supervision, le matériel lourd est déjà convoyé, le matériel sensible est déjà sur place, les mesures sécuritaires sont prises pour que les compositions se passent dans de bonnes conditions » a-t-il  précisé,  invitant les enseignants à se rendre  effectivement dans leur salle de composition ce samedi 12 Janvier 2019.

Emmanuel GBETO

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Evenement précis ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook