Home Société En garde à vue, voici ce qu’on reproche au journaliste Casimir Kpédjo

En garde à vue, voici ce qu’on reproche au journaliste Casimir Kpédjo

En garde à vue, voici ce qu'on reproche au journaliste Casimir Kpédjo
En garde à vue, voici ce qu'on reproche au journaliste Casimir Kpédjo

Casimir Kpédjo, journaliste et Directeur de publication de la Nouvelle Économie, a été arrêté jeudi 18 avril à son domicile. Il a été ensuite placé en garde à vue à l’office Centrale des Répressions contre la Cybercriminalité (ORCR).

Il est accusé d’avoir diffusé grâce aux réseaux sociaux, sur la page Facebook de son journal, et sur « d’autres structures en ligne », les parutions numéros 126 et 127 du journal la Nouvelle Économie, « des informations qualifiées de fausses » contre l’économie béninoise, a indiqué son avocat, Renaud Agbodjo selon les informations de Bénin Web TV. L’avocat aurait fait savoir que les faits reprochés à son client sont constitutifs d’une infraction relative aux articles 550-3 du code de numérique. Mais chose qu’il déplore, est que, malgré le fait que son client aurait apporté sa version des faits avec des sources, « il a été placé en garde à vue ». Pour lui, « on ne devait pas le retenir ».

« Ce qui me choque davantage est qu’il a été interpellé sans une convocation préalable », explique l’avocat. Cependant, il est rassuré quant à l’État de santé de son client et signifie qu’il devrait être présenté au procureur dans un délai de 48 heures au maximum sauf prolongation de sa garde à vue sur ordre du procureur. Ce qui ne risque pas d’arriver, puisque Renaud Agbodjo a fait savoir qu’ils n’ont pas de réelles causes pour le placé en garde à vue alors qu’il a présenté des preuves.

« Pour pouvoir retenir quelqu’un, il faut qu’on puisse lui prouver ou apporter la preuve qu’il est dans l’inégalité ou qu’il est dans l’erreur ou encore qu’il y a des charges suffisantes contre lui, ou bien il y a un flagrant délit, mais aucune de ses conditions ne sont réunies et pourtant on a voulu le garder », explique l’avocat. Il faut aussi noter que l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMD), a envoyé une délégation à l’Ocrc pour avoir des nouvelles de Casimir Kpédjo. Ils n’ont pas pu lui parler, mais ils rassurent de ce que la situation est sous contrôle, nous apprend Bénin Web TV.

3 COMMENTS

  1. L’homme sans langue de bois, je te soutiens.
    Mais ne va plus sur leur chaîne, propriété privée bien que c’est les impôts à tous. Tout ton malheur vient de là.

  2. Csmir Kpedjo est un vrai investigateur et ça ne nous surprend pas qu’on veille le faire taire en l’intimidant. Dans les grandes démocratie si un journaliste et encore citoyen contredit les chiffres surtout pour ce qui concerne la gestion de la chose publique, si ce ministère est crédible dans ces chiffres il vient encore éclaircir les choses et même organiser un débat contradictoire (confrontation ) des chiffres et de la on sait qui dit la vérité et qui ment puisqu’il s’agit de nos biens à nous tous le ministre est payé pour ça, la république appartient à tous et non à un groupe…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here