Accueil Société

Développement de la cité des Kobourou:Les exploits du trio Toko-Adambi-Gbadamassi

1

Parakou dispose désormais d’un parc de matériels bien fourni d’engins lourds pour les travaux de développement. Fruits d’actions concertées du trio Charles Toko, Samou Séïdou Adambi et Rachidi Gbadamassi, ces équipements ont été officiellement remis aux acteurs de développement samedi 19 mai 2018 en présence des sages et notables, autorités politico-administratives et des populations de la cité de Kobourou.

A la cérémonie de remise de matériels, le maire Charles Toko a expliqué l’intérêt de ses relations avec Rachidi Gbadamassi et Sam Adambi. Selon lui, aux lendemains de l’élection présidentielle, certains mauvais perdants voulaient faire de Parakou, le fief de l’opposition en empêchant le pouvoir central d’y faire des réalisations parce qu’ils craignent de perdre leur popularité. Le développement de Parakou, poursuit-il, n’est pas leur préoccupation. Selon Charles Toko, ils étaient animés d’un esprit de revanche personnelle qui n’a rien à voir avec la ville de Parakou. Il a fait comprendre que leur souci est de permettre à la ville de rattraper les années perdues dans son processus de développement. « Nous voulons que Parakou recouvre sa noble place de ville à statut particulier, de capitale de la partie septentrionale du Bénin», a-t-il martelé. Il a ensuite présenté quelques actions, fruit de leur harmonieuse complicité. A l’entendre, ces engins à deux roues, les matériaux médicaux, l’ambulance, les tricycles sont les fruits de leur partenariat. Le maire Toko a souligné que les motos destinées aux chefs quartier de la ville pour leur permettre d’accomplir leurs missions ont été gracieusement offertes par Adambi et Gbadamassi, respectivement ministre et député. A l’en croire, les matériels médicaux et l’ambulance ont été obtenus grâce aux partenaires français et le précieux guidage diplomatique du Préfet du Borgou, Djibril Mama Cissé. Les tricycles, a-t-ildit, résultent de la conjugaison d’efforts des filles et fils de Parakou qui ont spontanément accepté de mettre la main à la poche.

Au vu de ce qui précède, le maire Charles Toko a indiqué qu’ils peuvent donc réussir le développement de leur commune si chacun d’eux accepte de faire un minimum de sacrifice pour le compte de l’intérêt général. Il n’a pas occulté de dire que leur acte est la preuve, s’il le fallait encore, que le trio, Gbadamassi-Adambi-Toko est résolument engagé pour le développement de Parakou. A cette occasion, le maire Charles Toko a présenté le nouveau visage du parc d’engins lourds de la municipalité de Parakou. A son avis, ces engins qui ont été entièrement acquis sur budget municipal, sont l’expression de la volonté du conseil municipal de faire de Parakou, la plateforme de captation des financements de chantiers publics de grands travaux.

Parakou devient ainsi la structure publique la mieux équipée au Bénin après les forces armées béninoises. Selon le préfet du département du Borgou, le samedi 19 mai 2018, étape capitale dans le processus de décentralisation de Parakou est une date historique. Djibril Mama Cissé a salué les efforts le député Gbadamassi et du ministre Sam Séïdou Adambi aux côtés du maire en vue de renforcer la visibilité de ses actions à Parakou. Cette initiative a-t-il dit, doit servir de référence pour toutes les filles et tous les fils de Parakou, de même que tous les acteurs intervenant dans la Commune afin de conjuguer leurs efforts dans le cadre de la mise en œuvre des actions de développement municipal. Le préfet Mama Cissé a précisé que l’acquisition de matériels témoigne de la détermination, du pragmatisme des autorités politico-administratives de la Commune d’assumer pleinement sa qualité de Commune à statut particulier.

Noël Tètègou

(Stag Borgou-Alibori)

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Actu Benin ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

1 COMMENTAIRE

  1. Tous 3 réunis pour le chantage n égalent pas ce que Yayi boni a fait pour parakou au moment où il était aux affaires. Qu on cesse de faire croire que ils les seuls à se soucier du développement de parakou.Où étaient-ils et c’est aujourd’hui ils nouent des alliances de façade pour colmater les équipements achetés par quelqu’un d’autre qu on leur a offerts pour venir faire du chantage.?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here