Accueil Société

Côte d’Ivoire : l’acquittement de Laurent Gbagbo fait à nouveau du bruit

Côte d’Ivoire :  l'acquittement de Laurent Gbagbo fait à nouveau du bruit | Benin Times
Côte d’Ivoire : l'acquittement de Laurent Gbagbo fait à nouveau du bruit

Arrêté le 11 avril 2011 par les forces d’Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo a finalement été acquitté le 15 janvier 2019. Acquitté ainsi que son ex-ministre de la jeunesse, la nouvelle de l’appel à libération fait des vagues dans le rang des habitants de Gagnoa.

Le lundi 16 septembre, 9 mois après la libération de l’ex-président ivoirien, la procureure de la cour pénale internationale, fait appel de la décision de la cour. La décision de Fatou Bensouda ne laisse pas indifférent les illustres habitants de Gagnoa notamment Goli Obou, chef de terre de Mama, le village de GBAGBO.

Informé de la décision, il n’a pas caché sa désolation face à cela. « Qu’elle réfléchisse encore, car cette décision crée plus de problème qu’elle n’en résout », a-t-il affirmé. Il n’a pas oublié de notifier que même en étant lui-même pas très doué en français, qu’elle sache que « acquittement en français veut dire liberté ».

Lire aussi  A'Salfo rend hommage à Arafat DJ (vidéo)

Il continue en l’invitant en tant que pratiquante de droit, à « avoir du respect » pour la cour. Du côté de sa famille maternelle, Tchiffy Botty Koudou, chef du canton Nékédi et chef de village de Blouzon, affirme ne rien dire et regarder jusqu’où ira la situation. « Nous, on regarde et on suit. C’est la politique, il faut laisser ça comme ça », déplore-t-il. « Nous voyions la chose venir.

Les gens veulent garder le monsieur jusqu’aux élections », parce que « le libérer maintenant, équivaudrait à libérer un lion enchaîné longtemps dans une cage. Le procès est fini et tout ce qui vient maintenant est politique », révèle Grobli Étienne notable de Babré. De son côté, le professeur Gadji Joseph, président des chefs traditionnels du département de Gagnoa, plutôt réservé, dit ne vouloir se prononcer sur les aspects juridiques et politiques. Mais il tient à affirmer que « la décision du procureur s’impose à tous et on se tait ».

Lire aussi  Bénin : Raphaël Edou se retire de son poste de CA du 8ème

Le président fédéral des ONG de la région du Goh quant à lui, n’est pas du tout en accord avec la décision du procureur et ira jusqu’à la qualifier de freins à l’avancée du mouvement de réconciliation mis en place.

Commentaires Facebook