Accueil Société

Campagne pour les élections rectorales à l’UAC : Beaucoup d’engouement à la succession de Sinsin

0
PARTAGER

Beaucoup d’engouements à la succession du recteur sortant de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), Brice Sinsin. A peine la campagne lancée, le lundi 09 octobre 2017, les différentes listes en jeu se dévoilent. Sur le terrain, on peut déjà constater les listes « NOUVELLE VISION », « MYBA Excellence », « FI-FA » et « EXCELLENCE ». Des listes respectivement conduites par les professeurs Maxime da Cruz de la faculté des lettres langues arts et communications (Fllac), Delphin Mehinto, de la faculté des sciences de la santé (Fss), Flavien Gbéto de la Faculté des lettres langues arts et communication (Fllac) et Norbert Hounkonnou, de la Faculté des sciences et techniques (Fast). Déjà dans le feu de l’action, certains sillonnent les écoles et facultés de l’Uac. Pendant que les autres candidatures sont attendues jusqu’au 17 octobre prochain, on remarque que les premières qui s’affichent, n’ont pas accordé une place à la gent féminine, dans un contexte où les textes régissant les 4èmes élections rectorales accordent désormais trois (03) postes de vice-recteurs. Dans l’ensemble, seulement deux (02) listes pensent que la femme peut aussi apporter sa contribution à la modernisation de l’Uac. Au nombre des femmes positionnées pour favoriser la sauvegarde des actions concrétisées par l’équipe rectorale sortante, on peut remarquer , Eléonore Yayi de la liste « NOUVELLE VISION », de Maxime da Cruz et Judith Glidja de la liste « EXCELLENCE », de Norbert Hounkonnou. Un argument de campagne qui pourra fortement jouer contre certaines listes. Mais, toujours est-il qu’ils sont des candidats non négligeables et la lutte sera rude au point où seuls, les plus convaincants réussiront à rafler la majorité des voix. Pour le moment, les stratégies se peaufinent pour mieux s’imposer dans cette période de campagne qui prend fin, le 29 octobre 2017. Notons que les élections sont prévues pour se dérouler, le 30 Octobre 2017, comme à l’Université de Parakou où se déroule également le processus électoral.

Emmanuel GBETO

Source : aCotonou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here