Accueil Société

Cameroun – Drame: Une mère tue son bébé à Messok

Cameroun - Drame: Une mère tue son bébé à Messok | Benin Times
Cameroun - Drame: Une femme tue son bébé à Messok

Carine Ndjabéa, une jeune femme aurait tué son bébé après neuf mois et deux semaines de grossesse. Elle est en garde à vue à la brigade de la gendarmerie de Messok depuis le 04 Octobre.

Dans un drain à la sortie de ville, les gens ont retrouvé le corps inerte du nourrisson. C’était le mercredi 02 octobre 2019 aux environs de 10h. Chancelle Ngoyvé, une habitante du village clarifie: « j’étais chez une amie hier. J’ai découvert le corps du bébé dans le drain enveloppé dans un pagne et un blouson plein de sang. J’ai fouillé avec mes mains et j’ai aperçu sa tête.

C’était affreux ». Elle affirme que le nourrisson avait un gros trou dans sa tête. Ses deux yeux étaient crevés, et sa bouche tordue. Le corps du bébé était en pleine putréfaction. « Carine m’avait pourtant dit qu’elle avait accouché d’un mort-né au centre de santé de Messok le 29 septembre 2019. Elle m’avait certifié que le médecin lui avait conseillée d’enterer l’enfant sur place.

Lire aussi  Patrice Talon s'adresse au peuple

Ce qu’elle avait fait. Je lui ai demandé de me donner le carnet de l’hôpital, elle a refusée » raconte Suzanne Wélandji, la tante de Carine. Suzanne s’est donc rendue à l’hôpital pour « mener ses propres enquêtes ». Le médécin lui présente alors le registre de maternité. Le nom de Carine Ndjabéa n’y était pas inscrit. Alors, Suzanne se rend à la chez sa nièce et lui demande où est le bébé.

Lire aussi  Réunion de la municipalité : Les doléances de Délonix Kogblévi au maire de Cotonou

« Elle m’a dit que ce n’était pas mon affaire. Que l’enfant était le sien et pas le mien. Et ce qu’elle pouvait en faire ce qu’elle voulait » déclare Suzanne Wéladji. Cette dernière en informe alors le voisinage.

Le commandant de la gendarmerie prend en charge l’affaire. Carine s’enfuit, toute apeurée. « Nous étions tous à sa recherche. Toutes les jeunes filles voulaient la tuer » fait savoir Jérôme Kolla, un élément de la brigade de gendarmerie de Messok. Carine Ndjabéa est finalement interpelée au village Zoulabot, sur l’axe Messok-Lomié le 04 octobre 2019 à l’aurore.

Commentaires Facebook