Accueil Société

Bénin : Voici la classe de policier qui mérite la retraite selon Philippe Houndégnon

Bénin : Voici la classe de policier qui mérite la retraite selon Philippe Houndégnon | Benin Times
Bénin Voici la classe de policier qui mérite la retraite selon Philippe Houndégnon

Ex-DGPR, Philippe Houndégnon dans son recours adressé au chef de l’État le 4 juillet, a estimé qu’il faut envoyer une classe de policier à la retraite. Il s’agit en effet des policiers, qui selon lui, ont déjà fini leur temps normal dans la fonction publique.

Philippe Houndégnon ne partage pas certaines pratiques qui persistent dans la fonction publique, notamment du côté des corps armés. C’est pour cela que dans son recours adressé au président de la République, Patrice Talon, ce dernier a énuméré les lois qui lui permettent de réclamer la mise à retraite de certaines personnes de la police républicaine. En effet, ce dernier ne soutient pas le « maintien irrégulier en service de certains fonctionnaires de l’ex-police nationale au-delà de l’âge de mise à la retraite avant l’entrée en vigueur de la loi n°2015-20 du 19 juin 2015 portant statut spécial des personnels des forces de sécurité publique et assimilées ».

Mais il ne s’arrête pas là. Il va continuer en signifiant à Talon que « les avancements, les promotions aux grades supérieurs et les mises à la retraite sont régis jusqu’à la date du 4 juillet 2019 au sein de l’ex-police nationale par la loi n°2015-20 serait le décret n°2016-137 du 17 mars 2016 portant statut particulier des corps des personnels de la police nationale. Ce décret n’est pas connu ». C’est ainsi que le 5 juin 2019, il a fait, par exploit d’huissier de justice, la compulsion du Journal officiel qui a permis de découvrir que e décret n°2016-137 du 17 mars 2016 portant statut particulier des corps des personnels de la police nationale n’a pas été publié.

Lire aussi  Bénin : Nicéphore Soglo heurte de nouveau le mur policier autour du domicile de Yayi (Communiqué)

En effet, rappelle Houndégnon, « le décret n°02016-764 du 8 décembre 2016 portant nomination de 45 commissaires de police au tableau d’avancement aux grades supérieurs au titre de l’année 2016 a visé la loi n°093-010 et non la loi n°2015-20 ». Il va continuer en disant que « les avancements et promotions aux grades supérieurs ont continué de se faire au sein de la police nationale à la date du 1er août 2015 et bien après, selon les dispositions de la loi n°93-010 ». Il soulève donc que cela est contraire aux bonnes pratiques et permet de maintenir en fonction, certains fonctionnaires qui ont droit à la retraite.

Lire aussi  Réunion de crise sur l’épidémie à Parakou

Pour faire simple, Philippe Houndégnon, en plus des dommages et intérêts, demande l’extirpation des « policiers malveillants » de la corporation.

Commentaires Facebook