Accueil Société

Bénin : La réaction de komi Koutché suite à la mort de Marcel de Souza

Bénin : La réaction de komi Koutché suite à la mort de Marcel de Souza | Benin Times
Bénin La réaction de komi Koutché suite à la mort de Marcel de Souza

L’ancien ministre sous le régime Yayi, Marcel de Souza, est passé de vie à trépas le mardi dernier suite à un arrêt cardiaque à paris. Après la mauvaise nouvelle, Komi Koutché, un ancien du régime Boni Yayi également, a laissé un message en hommage à ce dernier sur sa page Facebook.

Hommage à Marcel de Souza Une à une, nos #références s’éteignent!

Je garde de Marcel de Souza de grands souvenirs. Mes premiers contacts proches avec lui ont eu lieu quand je suis entré au Gouvernement et notamment au moment où j’ai été appelé au poste de Ministre de l’Economie et des Finances. Les souvenirs qui retentissent dans ma tête sont ceux de mes premières participations aux réunions statutaires des organisations régionales et internationales partenaires du Bénin. Marcel que j’appelais affectueusement “fofo Masso” me tenait presque par les bras à l’instar du père qui a amené son fils à l’école pour la première fois. Il me présentait aux acteurs clés avec qui j’étais appelé désormais à travailler non seulement en tant qu’aîné dans ce monde mais en tant que Barron du monde financier. A chaque pas, il me disait quoi faire. Mes souvenirs, ce sont également ses appels à chaque veille de voyage pour une réunion statutaire à laquelle il sentait que l’agenda gouvernemental ne me permettait pas de participer. Il me demandait alors d’envoyer ma procuration et il me représentait.

Lire aussi  Syrie : Accusation de massacre lancée contre la Syrie et la Russie.

Il émargeait à ma place et m’envoyait mes primes aussitôt rentré au pays. De loin, Marcel donnait l’impression d’une personne compliquée. Mais de près, il reste un homme de grande humilité, de contact et de cœur. Parlant de son humilité, je me souviens encore d’un de ses actes qui m’avait, une fois, mis mal à l’aise lors d’un séjour à Washington dans le cadre des assemblées annuelles du FMI et de la Banque Mondiale. Alors que nous devrions préparer un soir une rencontre prévue pour le lendemain avec le FMI, je m’apprêtais après le dîner à me rendre avec mes collaborateurs dans sa suite. Mais que ne fut ma surprise quand le téléphone de ma chambre sonna et c’était Marcel qui demandait si j’étais déjà en chambre. Aussitôt après avoir raccroché, je le vois débarquer avec tous ses collaborateurs. Je me suis retrouvé mal à l’aise et je lui ai dit “fofo Masso, c’est chez vous la réunion”. Il me repond avec son sourire habituel “MEFPD, c’est toi l’homme du dossier”. On a fait la réunion et malgré son expérience, il m’avait laissé prendre le lead de la rencontre le lendemain et ne faisait que compléter des aspects qu’il jugeait utile d’ajouter. Il nous est arrivé d’avoir lui et moi des affrontements d’idées sur certains dossiers d’Etat lors des Conseils des Ministres. Mais je trouvais toujours le moyen à la fin de chaque incident de me rapprocher de lui. Dès que je m’approchais de lui, à peine avions-nous commencé par mon “fofo Masso” habituel qu’il me disait “Komi ne t’en fait pas. Ça c’est passé”. Mais quand il sentait que j’avais raison, il me disait “excuses moi, il faut maintenant qu’on se parle toi et moi avant leConseil”. 

Lire aussi  Stéphane Sessègnon : Cette défaite est certes cruelle mais aussi une fierté pour nous

Mon dernier contact avec lui remonte à avril 2018 à Abuja. En mission avec une délégation américaine venue assister à un forum économique, je l’avais rencontré avec son épouse à l’hôtel Hilton. Il s’était moqué de moi avec son humour habituel “avec tous les coups que tu reçois tu es encore si en forme ? Quel est ton secret ?”. Je lui ai répondu “fofo Masso, mon secret c’est tout ce que tu m’as enseigné”. Il s’était mis à rire. On est resté quelques minutes encore à causer et on s’était séparé. Je ne savais pas que, plus jamais je ne le reverrai. Paix à son âme et que Dieu veille sur sa postérité. Marcel était pour moi un fofo et un conseiller.

Komi KOUTCHE

Commentaires Facebook