Accueil Société

Bénin : La police a anéanti un réseau de trafic d’êtres humains

Bénin : La police a anéanti un réseau de trafic d’êtres humains | Benin Times
Bénin: La police a anéanti un réseau de trafic d’êtres humains

Les forces de sécurité béninoises ont mis un terme aux opérations d’un vaste réseau de trafic d’êtres humains à Owodé. Les trafiquants auraient des cellules au Nigeria et au Cameroun et les victimes de ce commerce sont envoyées au Gabon.

Les agents de la police républicaine sont descendus à Kpoguigi Owodé, une région frontalière du Nigeria etont mis fin à un réseau de trafic d’êtres humains. C’est ce que rapporte le service de communication de la police républicaine. Selon les informations fournies, au moins 11 adolescentes de 10 à 16 ans et 6 jeunes femmes de 18 à 35 ans ont été repêchées le mardi 24 septembre par la police. Selon la même source, elles ont quitté le Togo pour se rendre au Gabon.

Lire aussi  Bénin- Dégel en cours de la crise politique: Le PRD félicite Patrice Talon

Il s’agissait pour eux de prendre par le Bénin, le Nigeria et le Cameroun. Les trafiquants auraient des relations dans ces pays qui leur permettraient d’opérer en toute discrétion indique la même source. La police fait mention également que les victimes étaient retrouvées avec leurs accompagnatrices qui sont de nationalité béninoise. Aussi, faudrait-il ajouter, les enquêtes se poursuivent pour mettre la main sur d’autres trafiquants.

Ce faisant, tout le réseau sera démantelé indique le service des relations publiques et de communication de la police républicaine. Il faut rappeler que courant avril 2019, la police avait démantelé un réseau de trafic d’êtres humains qui avait pour cible les mineurs au Bénin et au Nigeria. Ils étaient forcés à travailler et sont exploités sexuellement. Environ 216 victimes dont 157 enfants ont été secourues. La plupart des victimes étaient âgées entre 11 et 16 ans.

Lire aussi  Affaire faux médicaments Atao visé par un nouveau mandat d’arrêt

Elles étaient contraintes à travailler dans des marchés des jours entiers et obligées à porter des fardeaux et faire la cuisine. Interpol précise qu’un certain nombre d’entre elles ont été exploitées sexuellement.

Commentaires Facebook