Accueil Société

Bénin – dialogue politique: L’opposition exige la reprise des élections législatives

Bénin - dialogue politique: L'opposition exige la reprise des élections législatives | Benin Times
Bénin - dialogue politique: L'opposition exige la reprise des élections législatives

Le dialogue politique en cours au palais des congrès pourrait aboutir à la reprise des élections législatives. Les députés de la huitième législative peuvent voir leur mandat écourté.

Les débats de la deuxième journée qui ont démarré depuis le jeudi 10 octobre 2019 sont très agités. Si certains comme les délégués du parti de renouveau démocratique exigent la reprise des élections législatives en 2021, d’autres sont pressés de voir la dissolution immédiate du parlement. Les Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) sont allées droit au but pour démontrer que le parlement actuel est un parlement monocolore acquis à la cause de Patrice Talon. Théophile Yarou, premier secrétaire exécutif national du parti dit avec force « l’Assemblée nationale dans sa configuration actuelle, 41+42 députés= un« .

Lire aussi  Le PRD dénonce un traite dans son rang et un parti "fantoche"

Et, Paul Hounkpè va plus loin en disant « le Br et l’Up sont deux faces d’une seule pièce. C’est évident que le parlement actuel est monocolore« . En raison de cela, l’ancien ministre de la culture, nouveau secrétaire exécutif du parti de Boni Yayi, affirme « nous ne validerons pas le point relatif aux parrainages sans avoir la certitude de la reprise des élections législatives« . Et, dans la même lancée, El Farouk Soumanou déclare « nous exigeons la démission collective des députés illégitimes pour permettre la reprise des élections« . En dehors de cette exigence de l’opposition radicale, il y a le point trois de l’ordre du jour qui renforcera davantage sa position.

Lire aussi  Direction des examens et Concours : Mahougnon Kakpo installé de force sans décret ce jour

Il a pour titre « recherche d’équité dans la représentation du peuple à l’Assemblée nationale« . Parlant d’équité, Aristote disait qu’elle peut prendre en compte l’esprit de la loi et non la loi elle-même. Va t-on tenir compte de l’appréhension d’Aristote ? ou va t-on se tenir formellement aux respect des lois de la République? Aujourd’hui, chacun sera situé sur ces interrogations incontournables.

Commentaires Facebook