Accueil Société

Après la suspension des instituteurs ‘‘boycotteurs de l’évaluation’’ : Les enseignants du secondaire menacent

Après la suspension des instituteurs ‘‘boycotteurs de l’évaluation’’ : Les enseignants du secondaire menacent | Benin Times
Après la suspension des instituteurs ‘‘boycotteurs de l’évaluation’’ : Les enseignants du secondaire menacent

Le climat social pourrait se crisper davantage dans le secteur éducatif dans les tout prochains jours. Après la suspension des instituteurs ayant boycotté l’évaluation diagnostique, ceux du secondaire menacent déjà et interpellent le ministre de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo…

«…Au niveau de l’enseignement secondaire, nous attendons de pied ferme, le ministre Mahougnon Kakpo…Le ministre Salimane Karimou s’est mélangé les pédales et s’est enfoncé dans le désordre. Pareil chez Mahougnon Kakpo, on l’attend de pied ferme, lui aussi il n’a qu’à sortir sa liste, on l’attend », a menacé Mathurine Sossoukpè, secrétaire générale adjointe de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) et enseignante contractuelle reversée en 2008 ayant boycotté également les deux sessions de l’évaluation diagnostique. Dans un audio relayé sur les réseaux sociaux, elle a témoigné de tout son soutien aux enseignants du primaire suspendus pour avoir refusé de se soumettre à l’évaluation qu’elle juge “illégale“ et inopportune. En effet, dans une décision rendue publique, le ministre des enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou a décidé de la suspension des enseignants agents contractuels de l’Etat (Ace) reversés en 2008 et qui n’avaient pas pris part à l’évaluation diagnostique organisée à leur intention le 24 août et le 07 septembre deniers. « En attendant l’aboutissement de la procédure disciplinaire, les personnes reversées en agents contractuels de l’Etat pour compter du 1er janvier 2008 […] et ayant choisi délibérément de ne pas prendre part à l’évaluation des connaissances professionnelles des 24 août et 07 septembre 2019 organisée par le gouvernement sont suspendues de leurs fonctions », précise la décision du ministre. A en croire Mathurine Sossoukpè, tout est sens dessus dessous avec le régime de la Rupture étant donné que les enseignants concernés ont été suspendus avant de voir adresser des demandes d’explication. Si au niveau du primaire, les demandes sont adressées par les Chefs région pédagogique et directeurs d’écoles, au niveau du secondaire, elle émane soit de l’autorité ministérielle soit des directeurs départementaux de l’enseignement secondaire. Elle s’est, par ailleurs, réjouie de la mobilisation des enseignants pour soutenir les instituteurs suspendus pour boycott de l’évaluation diagnostique. Dans son appel à une mobilisation de tous les enseignants, elle a confié qu’après les boycotteurs, les recalés ne seront pas épargnés encore moins les admis. Selon la responsable syndicale, l’objectif visé par le gouvernement est de réduire l’effectif des agents de l’Etat. Et une mobilisation générale s’impose, fera-t-elle savoir. « Nous allons nous mettre en ordre de bataille », a-t-elle lancé. Le ton monte à nouveau dans le secteur éducatif.

Lire aussi  Une fille perd la vie par noyade à Ganikpérou

Aziz BADAROU

Source: Matin Libre

Commentaires Facebook