Accueil Société

Après avoir contesté l’examen national de Licence : Des Epes charment avec les résultats

0
PARTAGER

Les premiers examens nationaux de Licence ont livré leur verdict en début de week-end dernier avec un taux de réussite estimé à 87,91% au plan national. Un résultat satisfaisant dont se servent déjà les établissements privés d’enseignement supérieur (Epes) pour charmer les parents d’étudiants et se faire de la publicité. Le hic dans tout ceci est que ces mêmes s’étaient pourtant opposés à cette réforme du gouvernement.

A la une des journaux et surtout les réseaux sociaux, les statistiques des derniers examens nationaux de Licence dans chaque université privée passent en boucle. Si une université s’est déjà décrétée meilleure école à l’issue des examens avec chiffres à l’appui, les autres brandissent les pourcentages de 100% réalisés dans plusieurs filières comme une raison d’y inscrire des étudiants. Une opportunité de communication offerte aux Epes, est-on tenté de dire en tout cas. De la Haute école de commerce et de management (Hecm) à l’Ecole supérieure d’administration et d’économie (Esae) sans oublier l’Institut universitaire panafricain, on profite bien du verdict de l’examen national de Licence. D’ailleurs, malgré les remous et contestations suscitées par la réforme, une quarantaine d’Epes ont fait participer leurs étudiants. Faut-il le rappeler, les Epes, par la voix de leur patronat, avait dénoncé une réforme hors norme dans le secteur de l’enseignement supérieur. Ils ont, par contre, proposé la création d’une agence qui devra avoir pour mission de contrôler la qualité des enseignants recrutés dans les universités privées, la qualité de l’enseignement dispensé, le niveau d’équipement, les évaluations semestrielles, les délibérations du jury et sanctionner quand il le faut, les universités qui ne se conformeraient pas aux normes. Une proposition non prise en compte par le gouvernement. La menace de boycott de l’examen national planait quand il a été décidé de l’option des candidatures libres. Mais à présent, chaque Epes se sert des résultats pour charmer étudiants et parents. La question qui se pose est de savoir si le bras de fer se poursuivra ou si tous les Epes se rangeront derrière le gouvernement pour soutenir la réforme. Affaire à suivre !

Aziz BADAROU


Source : Matin Libre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here