Accueil Société

Après avoir abusé des réseaux sociaux : La Rupture veut en limiter l’utilisation



Le gouvernement n’apprécie plus la publication de certains actes administratifs. Il est apparemment débordé par les informations qui assaillent les réseaux sociaux. Pour tenter de contenir le phénomène, le Garde des Sceaux a pris un arrêté ministériel interdisant la notification des actes administratifs au moyen des réseaux sociaux.

Au ministère de la Justice, il est interdit à toute personne, dépositaire ou délégataire de l’autorité administrative en fonction à la chancellerie ou dans les juridictions, d’émettre ou de notifier les actes administratifs au moyen des réseaux sociaux. C’est ce qu’indique un arrêté signé du ministre de la Justice, Joseph Djogbénou. Le même arrêté souligne qu’« …il est également interdit de procéder à la circulation des actes administratifs par les moyens » sous les sanctions administratives ou pénales prévues par la législation en vigueur. Joseph Djogbénou est donc exaspéré par les fuites d’information dans son ministère. Il compte donc contrôler toute l’information. Mais au-delà du ministère de la Justice, c’est toute l’administration publique qui est visée. Le Chef de l’Etat qui n’a jamais apprécié la divulgation de certains renseignements sur les réseaux sociaux, veut tout verrouiller. Pour lui, les réseaux sociaux restent un vrai danger qu’il faudra contenir. Les réseaux sociaux étant aujourd’hui le moyen efficace par excellence par lequel la majorité de la population lettrée s’informe des décisions liberticides et anti-démocratiques du gouvernement, ils sont devenus une vraie menace pour le régime de la Rupture. Patrice Talon et sa clique qui n’ont jamais voulu faire une gestion transparente des affaires publiques ont en effet été pris de court. Ils se sont étonnés de l’importance que prennent les nouvelles technologies de la communication dans la vie des citoyens et veulent bien protéger une source éminemment riche d’informations. Cette décision inique prouve que le gouvernement de la Rupture se méfie désormais de l’internet. Or, les actuels gouvernants avaient abondamment utilisé cet outil pour mettre en difficulté l’ancien président Yayi Boni et conquérir par la suite le pouvoir. Ils craignent désormais les conséquences néfastes de l’utilisation nocive qu’ils en avaient faite et tentent de les limiter. C’est une volonté d’éviter les «excroissances» des réseaux sociaux et d’empêcher les citoyens d’accéder à l’information. Mais cette énième trouvaille du gouvernement ne peut porter ses fruits. Au Bénin, la guerre contre les réseaux sociaux sera une vaine bataille puisque les citoyens les plus futés trouveront les moyens détournés pour révéler les scandales que la Rupture compte désormais masquer. Ailleurs, les mesures de restriction ont échoué. Au Bénin, elles échoueront piteusement.

M.M

Source : aCotonou

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Acotonou ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook