Home Société Afrique / Centrafrique : Le gouvernement projette de réhabiliter les routes...

Afrique / Centrafrique : Le gouvernement projette de réhabiliter les routes qui servent de portes à la capitale

Afrique / Centrafrique :  Le gouvernement projette de réhabiliter les routes qui servent de portes à la capitale | Benin Times
Afrique / Centrafrique : Le gouvernement projette de réhabiliter les routes qui servent de portes à la capitale

Afrique / Centrafrique :

Le gouvernement projette de réhabiliter les routes qui servent de portes à la capitale

Le gouvernement centrafricain projette de réhabiliter sur fonds propres les principales routes qui servent de portes d’entrée pour la capitale Bangui, a annoncé jeudi le ministre centrafricain des Travaux publics et de l’Entretien routier, Ismaïla Hamza.

Il s’agit notamment de la route reliant Bangui vers la PK 24 route de Boali (ouest), faisant partie du corridor transnational Bangui-Garoua Boulaï, et de la route qui relie Bangui et Mbaïki (sud-ouest), a précisé le ministre à l’occasion du lancement des travaux de bitumage du tronçon Bangui-Mbaïki.

Lire aussi  Après la libération des espaces publics à Cotonou : La résistance des belles de nuit aux effets de la rupture

A propos des réseaux routiers à réfectionner, le directeur général de l’Office centrafricain en charge des entretiens routiers, Mathias Mano, a fixé 109 kilomètres entre Bangui et Mbaïki, et 24 kilomètres de Bangui vers la PK 24 route de Boali.

Pour ces travaux, le gouvernement centrafricain vient de se doter d’un camion épandeur de bitume qui lui a coûté la somme de 195 millions de francs CFA (vers 300.000 d’euros), d’après M. Mano. Il a émis un ouf de soulagement puisqu’auparavant, les tâches devant être effectuées par cet engin se faisaient manuellement, surtout pour réparer les nids de poule.

Lire aussi  Assemblée nationale : Enfin la position du gouvernement Talon sur le dossier Nocibe

Les réseaux routiers de la République centrafricaine sont en très mauvaises conditions en raison de la crise sécuritaire déclenchée depuis fin 2012, rendant difficiles la circulation des biens et des personnes par voie routière, même pour les forces de sécurité et les humanitaires. F

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook