Accueil Société

Affaire Icc Services : Une troublante révélation de Barnabé Adounsiba à propos de la commission d’enquête

Bénin/Affaire Icc Services :

Une troublante révélation de Barnabé Adounsiba à propos de la commission d’enquête

Dios CHACHA

Ouverte le lundi 17 décembre 2018 à Porto-Novo, l’audience de l’affaire Icc Service se poursuit avec de troublantes révélations à la barre, mettant surtout à nu la vaste supercherie jamais organisée au Bénin. Le jeudi 27 décembre 2018, à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet),  Barnabé Adounsiba, major de l’ex-gendarmerie nationale a révélé que les membres de la commission d’enquête judiciaire mise sur pied pour gérer ce dossier en 2010 percevaient chacun entre 30 mille et 20 mille F cfa par jour comme perdiem, selon le grade. Cela au grand malheur des spoliés de cette structure de collecte illégale et de placement d’argent qui mouraient de faim et étaient dans le désespoir.

A en croire les confidences faites par le sachant à la barre, cette commission composée de quinze personnes avait pour mission principale de répertorier tous les biens meubles et immeubles des responsables et des agents Icc-Services et de les mettre à la disposition de la justice. « La commission d’enquête s’est acquittée de sa mission de juillet à novembre 2010. Mais, les perdiems ont été payés pendant trois mois sur les cinq », a fait savoir Barnabé Adounsiba. Après avoir souligné que l’administration publique reste devoir encore aux membres de la commission deux mois de payement, la question lui a été posée de savoir à partir de quelles ressources la commission était payée? A cette question du président de la cour de céans, Edouard Cyriaque Dossa, tous les intervenants sont restés sans une réponse claire et précise.

A l’instar de Barnabé Adounsiba qui a indiqué que c’est l’un de ses collègues membre de la commission qui se chargeait d’aller chercher les états financiers et les fonds pour les payer, Grégoire Akofodji, ministre chargé de la Justice au moment des faits, a divulgué pour sa part que ces fonds proviennent sûrement du budget national. « Ces genres de payement se font par le ministère de l’Economie et des Finances sur les rubriques des charges non réparties du budget général de l’État », va-t-il déclarer comme pour dire que les perdiems ne sont pas payés avec les fonds des promoteurs Icc-Services et consorts gelés encore moins les fonds issus de la vente les biens saisis

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook