Accueil Politique

Thiery Alavo démolit Joël Aïvo !

Thiery Alavo démolit Joël Aïvo ! | Benin Times

La décison du gouvernement qui porte nomination des doyens de facultés et directeurs d’écoles des universités publiques, ne fait pas l’unanimité dans le rang des professeurs. Mais Thiery Alavo serait d’avis avec cette décison et s’attaque à Joël Aïvo, qui n’approuve pas de son côté. Il met les barres sur les T.

Au micro de Benin Web TV, Alavo aurait confié que dans les universités publiques, les enseignants  ont « pris l’habitude d’élire des responsables  qui mènent la vie dure aux étudiants » de part la m’avais gestion qu’ils font de l’argent public qu’ils utilisent plutôt à leurs propres fins. Il va préciser qu’ « il y a de détournement massif de denier public dans nos universités publiques. Et comme l’argent ne leur suffit jamais, ils essayent de créer toujours de faux frais en plus de l’augmentation des frais de formation pour les étudiants. Donc le gouvernement a très bien fait de chercher à ramener l’ordre. »

« C’est comme si leur élection leur donne le droit de ne pas rendre compte aux autorités sur le plan national alors que nous sommes une université publique. » fait-il observer.
Comme pour dire que cette décison du gouvernement est intervenue suite aux mauvais résultats observés lors des derniers audits opérés au sein des universités et écoles de formation publiques.
Il y va de vive voix cette fois-ci avec plus de fermeté tout en démontant certains professeur.

Nous avons mené de grandes batailles pour avoir des élections parce qu’on trouvait que ceux qui étaient nommés ne nous regardaient pas et avaient les yeux tournés vers  le gouvernement qui les avait nommé. Mais ceux-là n’avaient pas volé autant que ceux que nous avons élus… Ceux que nous avons élu sont voraces.

Pour Alavo, les raisons d’une telles décisions sont claires.  « Vous vous souvenez, pendant au moins trois ans, les étudiants ont dénoncé, moi même j’ai dénoncé; nous avons fait une pétition et le gouvernement a diligenté des enquêtes. Pendant au moins six mois, il y a eu plusieurs audits et contre-audits. Je ne sais pas pourquoi le gouvernement ne nous parle pas des résultats de ces audits, mais je sais que s’ils ont pris de telle décision, c’est parce qu’ils ont trouvé des choses graves et qu’ils ont envie de ramener l’ordre dans les universités publiques du Bénin.

Comme pour dire que cette décison du gouvernement est intervenue suite aux mauvais résultats observés lors des derniers audits opérés au sein des universités et écoles de formation publiques. 

Mais faut-il remarquer, il démonte totalement l’ex doyen de la FADESP, Joël Aïvo. « J’aurais eu du respect pour l’ex doyen de la Fadesp si au moment où les étudiants souffraient du fait des détournements massifs (il y en a qui ont réclamé de simples choses et on les a traité de bandits, puis on les a renvoyé de l’université pour 5 ans); si en ce moment là, le doyen de la Fadesp avait pris la décision de monter au créneau et de dénoncer les agissements des gens que nous avons élu, j’aurais eu du respect pour lui », a déploré Thiery Alavo. Au lieu de ça,  « il (Joel Aïvo ndlr) s’est tu et a même écrit une lettre pour faire l’hommage de l’ancien recteur qui a été le plus controversé dans la gestion financière de l’université ».  Dis que cette décison est mauvaise selon certains, l’amène à dire que ces derniers s’unissent pour piller l’université. « Parce qu’ils traînent les mêmes tares, ils se soutiennent les uns les autres » sinon, se demande Alavo, « peut-on s’acheter des voitures de luxe pour soi-même avec l’argent public, dans une université  où les étudiants s’asseyent encore sur des briques ? 

Lire aussi  Incitation au régionalisme et à la révolte dans les médias,  la HAAC impuissante

Reste à savoir si cette question aura de réponse de la part de ceux qu’ils critiquent.

Commentaires Facebook