Accueil Politique

« Talon limoge Toboula ? C’est lui-même qui doit-se limoger »

Réagissant au limogeage du préfet  Modeste Candide, ce jeudi 21 février 2019, Candide Azannaï, l’ex-ministre délégué à la Défense nationale devenu opposant a rendu Talon responsable de la déconvenue occasionnée par les faits reprochés à l’ex-homme fort de Cotonou.

Azannaï n’est pas bluffé par le limogeage du préfet de l’Atlantique Modeste Toboula. Le chef du parti Restaurer l’Espoir ne voit pas ce limogeage comme une preuve de la volonté du Président Patrice Talon à mettre fin à l’impunité comme le disent des soutiens du Chef de l’Etat. Au siège de son parti ce jeudi 21 février 2019 à Cotonou,  il s’est exprimé sur ce limogeage qui fait couler beaucoup d’encre et de salive depuis l’annonce de la nouvelle.

« On vous a dit qu’on a renvoyé quelqu’un d’une préfecture. On a dit qu’on a renvoyé un ministre du gouvernement. Nous avons appris ces choses, c’est pour distraire », a réagi Candide AzannaÏ face à la presse.  Limogé au même titre que son ministre de tutelle, Modeste Toboula est mis en cause dans une affaire de bradage de domaine public à Cotonou.  Pour Candide Azannaï, cela ne devrait étonner personne. « Tout le monde connaît le profil moral du préfet. Vous connaissez le profil moral du préfet », dit-il avant de faire ses reproches à son ancien patron : « Le Président Talon, avant de nommer quelqu’un, doit attendre les services de renseignement pour étudier la personne ! C’est ce qu’on nous a appris. Quand vous êtes un homme d’Etat et que vous vous voulez nommer quelqu’un dans le commandement, vous devez envoyer les services de renseignement pour vérifier le statut de la personne, le profil moral ».

Azannaï pense que le régime veut sacrifier des éléments pour se refaire une cote. « Aujourd’hui, on utilise les disjoncteurs, on prend des hommes comme fusibles », commente le chef du parti RE. Il estime que le Président de la République devrait lui-même démissionner pour avoir nommé Modeste Toboula, un repris de justice. « Le premier qui sait que quelqu’un a un profil moral douteux et qui le nomme, c’est le premier qui devrait être limogé. Vous ne pouvez pas limoger quelqu’un dont vous connaissez le profil moral. C’est vous-même qui devrez-vous limoger », a lancé Azannaï.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Banouto ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook