Accueil Politique

Sortie de Crise : L’opposition exige un remplaçant pour conduire les pourparlers au lieu d’Adrien Houngbédji

Sortie de Crise : L'opposition exige un remplaçant pour conduire les pourparlers au lieu d'Adrien Houngbédji
Sortie de Crise : L'opposition exige un remplaçant pour conduire les pourparlers au lieu d'Adrien Houngbédji

En conférence de presse hier au siège du parti RE de Candide Azannaï, les forces de l’opposition ont fait de nouvelles déclarations et des exigences plutôt incroyables. Parmi ses exigences, on peut noter qu’elles réclament que Me Adrien Houngbédji soit simplement éjecté des pourparlers pour une sortie de crise.

En effet, l’opposition l’accuse de complice des événements qui se passent aujourd’hui, et ils estiment aussi qu’il ne peut pas être juge et en même temps parti. Pour cela, elles exigent qu’un médiateur de la CEDEAO continue le processus en lieu et place de Houngbédji. De cette manière, les élections seront vraiment crédibles.

Il faut aussi noter que les forces de l’opposition exigent la démission des membres de la CENA. Pour ces derniers, les dossiers des deux partis de la mouvance actuellement en lice ne sont pas saints. De ce fait, elles exigent la clarification sur les irrégularités que sont :

La procuration produite dans le dossier de M. Gnasunou Aristide ne porte mention du nom d’aucun mandataire; la procuration produite par M. Abdul Razack FEFEFE, ne porte aucune signature; la déclaration de candidature de l’Union Progressiste ne mentionne pas son nom et porte la signature du dénommé Eric Sangan qui ne justifie pas d’avoir une procuration pour signer cette déclaration. Sans oublier que le logo manquant au dossier de l’Union Progressiste a été introduit au dossier postérieurement.

Au nombres de toutes ses irrégularités, l’opposition exige la démission des membres de la CENA, qui feront objet de poursuite par la suite, dit-elle.

Commentaires Facebook