Accueil Politique

Solution de sortie de la crise préélectorale : Le gouvernement dans un zigzag

0

(Talon et Séverin Quenum pas sur la même longueur d’onde)

La Rupture n’a pas une position intelligente ni claire par rapport à la solution devant permettre des élections apaisées au Bénin. Ces derniers jours, Patrice Talon et le Garde des Sceaux ont fait des déclarations qui révèlent une vraie incohérence  dans les choix  du gouvernement.

Le gouvernement n’est visiblement pas prêt pour trouver une solution à la grave crise  qui se profile à l’horizon. Alors que la situation se complique de jour en jour, parce que la Commission électorale autonome  (Cena) se montre de plus en plus moins crédible à travers des options curieuses, le gouvernement anime la confusion. En effet, la semaine écoulée quand le Chef de l’Etat recevait les membres de la mouvance présidentielle à la suite  du rejet de toutes les listes de l’opposition dans le cadre des élections d’avril 2019, il avait fait plusieurs observations. « Après l’annonce de la Céna, seuls deux partis sont restés en lice pour participer aux élections législatives du 28 avril. Ce constat est malheureux. Nul ne peut rester indifférent à cette situation, je ne suis pas à l’aise.  Ce qui conforte ma désolation, c’est que les deux partis qui sont aujourd’hui en lice se réclament des soutiens de l’action gouvernementale. Aller aux élections uniquement avec deux partis politiques ne peut pas être la volonté de tout le monde », avait-il reconnu. « Je voudrais pour clore ces échanges, réaffirmer que la situation est préoccupante et que je voudrais compter sur le génie et le sacrifice de chacun (…)Je veux espérer qu’à partir de maintenant ou de demain, jusqu’à lundi ou mardi au plus tard, vous allez être en mesure de nous faire des suggestions, prendre des décisions, parce que vous en avez les prérogatives au besoin (…) Mon souhait est qu’à mon temps également les élections soient de même nature, de même qualité, de même convivialité en tout cas, ce qu’on a connu jusque-là », a-t-il ajouté. Patrice Talon a déploré l’absence  des listes de l’opposition et a donc appelé à un consensus pour des solutions en invitant le Parlement à prendre  des solutions pour mettre fin aux problèmes décelés. Seulement, curieusement hier matin, le ministre de la Justice Sévérin Quenum a accordé une interview controversée à Radio France Internationale (Rfi). Il a dit tout le contraire de ce que son ancien client a fait savoir quelques jours plus tôt devant les politiques. « On ne fait pas une réforme pour renoncer à une réforme. Vous savez quoi ? Ces réformes-là ont été votées par l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, je ne vois pas pourquoi il faudrait les remettre en cause, parce que certains partis seraient en retard. Parce que, ce dont il est question, c’est un retard. C’est une lenteur. A la limite, c’est de l’incurie», a-t-il fait savoir répondant ainsi à ceux qui proposent le retrait du Code électoral et de la Charte des partis politiques, des textes crisogènes votés en 2018. A la question de savoir s’il ne craignait pas que l’image de la démocratie béninoise ne soit entachée s’il n’y a pas de parti d’opposition aux législatives prochaines, il répondra : « Oh ! C’est relatif». Et d’ajouter : « L’essentiel est une élection transparente. A partir de ce moment-là, si certains, par leur propre fait, par leur propre négligence, par leur propre lenteur, n’ont pas pu se présenter, je ne crois pas que cela entacherait le processus ». Des propos bien graves qui montrent qu’au sein du gouvernement on prône le règlement des problèmes politiques sans le vouloir réellement. On dit une chose et son contraire en même temps. Les propos de Me Sévérin Quenum viennent semer le doute dans les esprits des Béninois. Beaucoup pourraient se dire que la Rupture ne veut pas faciliter la définition d’une sortie de crise. Mieux, ces propos interviennent à un moment où au Parlement, Me Adrien Houngbédji, “mandaté” par le Chef de l’État, a écouté des représentants de partis et reçu des propositions de solutions. Il a même mis en place un comité de cinq membres qui a débuté ses travaux. Dans un tel contexte, on peut se demander si la position va-t-en-guerre  du ministre de la Justice augure d’une bonne suite des travaux en cours au Parlement. Plusieurs observateurs craignent que les députés du Bloc de la majorité présidentielle ( Bmp) et même le gouvernement torpillent  les initiatives en cours et  fassent échouer le vote de nouveaux textes électoraux.

 

Mike MAHOUNA

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here