Accueil Politique

Restitution d’œuvres d’art pillées : « nous ne sommes pas dans la revendication » dixit Patrice Talon

Restitution d’œuvres d’art pillées : « nous ne sommes pas dans la revendication » dixit Patrice Talon | Benin Times

Au cours de son séjour à Ahmedabad  en Inde où il a participé à la 52ème Assemblées Générales  du groupe de la Banque Africaine de Développement  (BAD), le Chef de l’Etat béninois, Patrice Talon a accordé un entretien au journal « Financial Afrik ». Plusieurs sujets étaient au menu des échanges dont celui de la restitution des œuvres d’art du Bénin pillées part la France à l’époque coloniale. Sur le sujet, le Président Talon est resté très diplomatique. Il a en effet fait savoir que la démarche de son pays n’était pas celle de la revendication mais plutôt de la négociation partenariale.

« Le tourisme est un secteur de création de richesse, et qui peut contribuer à transformer l’environnement économique d’un pays. Or, le patrimoine culturel est un élément important du tourisme. Que ce soit dans nos musées, dans nos centres d’attraction, tout ce qui est attractif et qui appartient à un Etat, s’il peut le favoriser dans le cadre de la promotion touristique, c’est extraordinaire. Et nous voulons ces biens. Nous ne sommes pas dans la revendication parce que c’est un sujet qui est complexe. » a déclaré le Président Talon au journal « Financial Afrik ».

Pour le Président Talon, le Bénin souhaite développer avec la France, un partenariat ou une collaboration qui fera que certains biens peuvent être retournés, comme c’est déjà le cas dans le passé dans d’autres pays. « Certains peuvent être prêtés pour un temps, et même nous pouvons faire des copies pour d’autres. C’est quelque-chose qui doit nous amener à développer notre programme touristique à travers le patrimoine mémorial historique qui pour nous est un élément important de ce programme » a-t-il expliqué au journal.

Le Président Talon se veut donc être rassurant de la bonne collaboration entre les deux Etats dans l’intérêt de chacun. Il garde alors espoir d’une suite favorable à la requête de son pays à l’égard de la France car disait-il, les discussions sont en cours entre la France et nous, ça évolue et nous pensons que la France finira par donner une suite favorable à cela.

Source : Benin web TV

Commentaires Facebook