Accueil Politique

Rencontre avec Talon : Eric Houndété se prononce enfin

Rencontre avec Talon : Eric Houndété se prononce enfin | Benin Times
Rencontre avec Talon : Eric Houndété se prononce enfin

Eric Houndété ne restera pas sans se prononcer sur la rencontre du président de la République avec les partis politiques hier au Palais de la Marina. Il va aussi se permettre de comparer la démarche du clergé catholique à celle de Patrice Talon.

Houndété a la certitude que le Bénin retrouvera son ancienne visage. C’est ce qu’il semble dire selon Channel Africa. Cette conviction de l’ancien vice-président de l’Assemblée Nationale, vient de la médiation de la conférence épiscopale qui est toujours en cours. Car dit-il, le clergé va écouter les acteurs impliqués tout en faisant preuve de vérité et surtout de justice, sans partie prise. « Nous avons été très sensibles à l’expression vérité et justice parce qu’il ne peut pas y avoir le dialogue avec le président Patrice Talon dans le contexte où nous sommes, en tout cas, de son initiative », indique Houndété.

Lire aussi  Issa Salifou Saley : « Je suis prêt à engager les discussions pour sauver des emplois »

Il explique que dans sa médiation, le clergé a voulu savoir ce qui a entraîné la crise électorale. Mais, l’opposition lui a fait comprendre qu’il n’y a pas de crise politique, mais de crise démocratique, de crise de gouvernance, confie Eric Houndété, selon Channel Africa, rapporte BWT. « On ne peut pas confisquer toutes les institutions de notre État impunément comme ça… Les tueries qu’il y a eu, on ne peut pas laisser passer des choses comme ça », va-t-il faire savoir.

Lire aussi  UA : Patrice Talon donne la raison de l'adhésion du Bénin à la ZLECAF

Il revient sur sa thèse de 4 % pour expliquer que ce pourcentage ne peut pas représenter 96 % de Béninois à l’Assemblé Nationale. C’est pour cela que Houndété revendique encore la reprise des élections législatives. « C’est notre revendication et le gouvernement doit profiter de la médiation du clergé pour y accéder ou il y sera contraint », conclut-il.

Commentaires Facebook