Accueil Politique

Rejeter ou accepter le récépissé provisoire: Yayi, la ” Cour arbitrale ” des Fcbe, attendu

Rejeter ou accepter le récépissé provisoire: Yayi, la ” Cour arbitrale ” des Fcbe, attendu | Benin Times
Rejeter ou accepter le récépissé provisoire: Yayi, la ” Cour arbitrale ” des Fcbe, attendu

Va-t-il garder sa fermeté en demandant à ses collaborateurs militants, de rejeter le récépissé provisoire attribuer au parti dont il est le président d’ honneur ou va-t-il modérer sa position en apaisant les uns et les autres ? Les regards sont tournés vers Yayi Boni de qui la décision finale est très attendue.

La nouvelle était tombée, et comme une trainée de poudre, s’est répandue dans les forums de discussion et dans l’opinion en général : le ministère de l’Intérieur a octroyé le récépissé provisoire au parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), en vue de de sa reconnaissance légale. Et pour y parvenir, Théophile Yarou, Paul Hounkpè et Issifou Amadou, artisans de la manœuvre ayant permis l’obtention de ce sésame ont dû procéder à l’éviction de la tête du parti, de certains responsables ayant des démêlés avec la justice. Cependant, l’ancien président de la République du Bénin, Yayi Boni serait maintenu comme président d’honneur du parti Fcbe (nouvelle configuration) auquel a été délivré finalement un récépissé provisoire. C’est sans doute à cause de son aura, de son envergure politique, bref de sa capacité de mobilisation. En effet, après 10 ans de gestion de pouvoir d’Etat en tant qu’ancien président de la République, Yayi Boni, continue d’être populaire. Même ceux qu’on peut appeler aujourd’hui les ” meneurs de la fronde ” s’en remettent à lui. En témoignent les propos de son ancien ministre de la Défense, Théophile Yarou, dimanche sur l’une des télévisions privées de la place. « Si Yayi Boni, nous demande de retourner le récépissé provisoire du parti Fcbe demain, nous allons le retourner tranquillement », a-t-il déclaré.
Yayi Boni reste donc l’homme de la situation. Et nul doute que 72 heures après ses premières réactions à chaud, il serait en plein dans la réflexion et la concertation avec des membres Cauris, des personnalités aussi bien à l’interne qu’à l’international pour la conduite à tenir. Au terme de tout cela, va-t-il décider d’apaiser la troupe et accepter exploiter le sésame délivré au parti, ou demandera-t-il à Paul Hounkpè, Théophile Yarou, Idrissou Bako, Yaya Garba, Amadou Issifou et autres, qui approuvent l’obtention du document consacrant l’existence légale du parti, de le retourner au ministère de l’intérieur ? Tout compte fait, une autre réaction de l’ex chef de l’État qu’on peut comparer à une Cour arbitrale qui va trancher une affaire, est très attendue. Mais avant, Yayi Boni voudra sans doute peser et soupeser le récépissé provisoire. Sur quelle base repose-t-il ? Y a-t-il des pièges qui guettent des membres pris en compte ou exclus avant sa délivrance par le ministère, c’est-à-dire le Pouvoir de la Rupture ? Il semble que c’est à cet exercice que l’ancien député Comlan Léon Ahossi exhorte les Fcbe, puisque jusque-là, il y a un flou artistique autour de la façon dont le Congrès extraordinaire ayant abouti à la mise à l’écart de certaines figures clés pour l’obtention du ticket, a été fait. En tout cas, difficile d’avoir le procès-verbal qui a sanctionné cet acte posé par les ” meneurs ”. C’est pourquoi, Léon Ahossi recommande le recours aux services d’un Huissier de justice aux Fcbe protestataires : « Puisque le procès-verbal de la tenue d’un congrès devra désormais être signé de tous les membres fondateurs pour être recevable par Talon, Sacca Lafia et Compagnie, je conseille aux membres du bureau (authentique) des fcbe dont les noms ont été inintelligemment reconduits dans le nouveau “bureau “de commettre un huissier pour vérifier le procès-verbal de tenue du (prétendu) congrès et vérifier par la même occasion, s’il y a des signatures devant leurs noms », suggère-t-il. Quelle sera la nouvelle tournure que prendra ce feuilleton qui a droit de cité depuis le week-end écoulé ? Les prochains jours nous édifieront.

Lire aussi  La Cédéao adopte le nom d'”Eco” pour sa monnaie unique

Quel sort pour l’Usl et Re et le Pcb?

Parmi la dizaine de partis politiques en difficulté et exclus des législatives d’avril 2019, figurent l’Union sociale libérale (Usl), le parti Restaurer l’Espoir (Re) et le Parti communiste du Bénin (Pcb). Autant que les Forces cauris pour un Bénin émergent, les partis sus-cités sont en attente de la délivrance du récépissé provisoire. Fcbe vient d’obtenir le sien, mais non sans impact sur l’unité du parti. La question est de savoir ce qui retarde la délivrance. Pourquoi ça met autant de temps ? Attend-on de les voir subir le même sort que les Fcbe avant que le sésame ne leur soit attribué ?

Lire aussi  Modeste Toboula encourage Ully Maforikan, premier du Bénin au BAC 2017

J.B.

Source: Matin Libre

Commentaires Facebook