Accueil Politique

Les quatre vérités d’Andoche Amègnissè à Yayi et Soglo

Les quatre vérités d'Andoche Amègnissè à Yayi et Soglo
Les quatre vérités d'Andoche Amègnissè à Yayi et Soglo

Les anciens présidents Boni Yayi et Nicéphore Soglo étaient au marché de Dantokpa dans la matinée du vendredi 19 avril. Cette descente qui a tout de suite tourné mal entre les deux personnalités et les éléments de la police, n’a pas vraiment plu à Andoche Amègnissè.

Le porte-parole des Indépendants et des Forces Vives n’a pas tardé a envoyé une réponse à l’acte posé par Boni Yayi et Nicéphore Soglo. Il est bien conscient que des élections non-inclusives ne font pas la fierté de notre pays, moins encore de notre démocratie. Cependant, il ne conçoit l’action des deux personnalités. Et pour cela il a rappelé à chacun d’eux, le rôle qu’ils ont joué dans l’élection de Patrice Talon à la tête du pays.

« Ce qui s’est passé aujourd’hui à Dantokpa avec la massive mobilisation des foules qui vous ont suivies est prélude à plus grave, si le Dimanche 28 Avril 2019 se tenait effectivement dans notre pays l’élection législative exclusive devant déboucher sur un parlement monocolore que nous sommes totalement d’accord avec vous pour considérer comme un déshonneur pour notre pays et un crime contre notre démocratie. Toutefois, laissez-moi au nom des Forces Vives dont je porte la parole, vous rappeler à chacun sa grande et sa lourde responsabilité dans cette déchéance dramatique de la démocratie qui faisait honneur à notre cher pays et la fierté de notre peuple bien aimé », a-t-il écrit 

Pour ce dernier, de part leur gestion, Yayi et Soglo ont participé à l’installation du régime actuelle. Et il pointe même du doigt Nicéphore Soglo, à qui il a rappelé combien de fois il était le soutien de Talon avant que tout ne tourne au Vinaigre. « Oui Monsieur l’ancien Président Nicéphore Soglo, votre candidat Patrice Talon a été élu Chef de l’État grâce à vous entre autres ; et voilà où nous en sommes aujourd’hui.  Vous n’êtes devenu son opposant qu’à partir du moment où il a commencé à menacer votre fils Lehady pour sa mauvaise gestion à la Mairie de Cotonou que vous lui aviez cédée comme si c’était un héritage familial. », a-t-il rappelé. En ce qui concerne Boni Yayi, il a juste souligné que ce sont les failles de sa gouvernance qui ont également entrainé le Bénin dans cette situation. Des propos ramenés par Bénin Web TV.

Commentaires Facebook