Accueil Politique

Législative 2019 : La Rupture en campagne déguisée

0

Il y a une effervescence politique qui s’observe de plus en plus. Depuis peu, la classe politique en général et la Mouvance en particulier choisit les week-ends pour investir les villes et campagnes. Alors que les élections législatives sont prévues pour Mars 2019, tous les prétextes servent d’argument pour faire le rappel de la troupe en dehors des périodes électorales constitutionnellement reconnues comme telles.

Il suffit de faire un tour au carrefour Sica Toyota pour remarquer une géante affiche de l’Union progressiste collée au mur de la Ceb. Les Républicains avaient aussi posé des affiches au même carrefour. Mais quelques jours après le congrès de Parakou les affiches des Républicains ont été enlevées contrairement à l’affiche de l’Union progressiste. Cet état de chose, tout comme les meetings et rassemblements politiques qui se font maintenant presque tous les week-ends donnent l’impression que le pays est déjà en campagne électorale. La chose s’observe autant dans le cas de la Mouvance que de l’opposition. Mais on peut aisément remarquer que c’est beaucoup plus accentué chez les soutiens du chef de l’Etat. Il suffit de suivre le journal télévisé sur la chaine de service public pour s’en convaincre. La campagne bat déjà son plein à la Mouvance et aucune institution n’a senti le besoin de siffler la fin de la récréation. Ni la Cour constitutionnelle, ni la Haac qui a l’habitude de sortir un communiqué de cadrage en pareille circonstance pour délimiter les périodes de pré-campagne et de campagne. Le vide profite pour le moment à la Rupture qui prend une sérieuse avance sur ses adversaires politiques. C’est vrai que par le passé, la même chose a été aussi observée. Mais la Rupture était venue pour corriger ces manquements. C’est du moins ce qu’on a fait croire à la population. Aujourd’hui le moindre prétexte, restitution des travaux de congrès et autres, est utilisé pour rassembler les populations, chanter les mérites du Pag, appeler à voter pour les listes du chef de l’Etat lors des prochaines consultations électorales. Tout ceci se fait en dehors de la période requise au vu et au su de tous, principalement des institutions censées jouer le rôle de gendarme.

 

M.M

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here