Accueil Politique

La majorité parlementaire  dans le viseur  de l’opposition

0
Bénin/Politique :

Cabale médiatique contre Amoussou et Houngbédji :

La majorité parlementaire  dans le viseur  de l’opposition

Daniel TOGNANDAN

Redoutable  machine politique, le bloc de la majorité parlementaire est  depuis quelques jours l’objet d’une cabale médiatique, après  le vote de la loi portant amendement  de la constitution. La stratégie consiste à faire croire à Patrice Talon, que sa majorité est infiltrée, et que les députés qui l’ont rejoint travaillent contre la rupture.

Il s’agit d’un scénario imaginaire, mais pour l’instant inimaginable. Un peu plus d’un an après sa création, le BMP résiste à toutes les tempêtes, parce que son origine repose sur une base solide.  En effet, deux évènements majeurs ont marqué l’assemblée nationale au lendemain de l’échec du projet de révision de la constitution d’Avril 2017. Alors que tout le monde s’attendait à une reconfiguration de la classe politique, c’est plutôt un soutien de taille que Patrice Talon a obtenu.

59 députés ayant voté pour la recevabilité  du  projet ont fait deux déclarations   pour clarifier  leur statut politique au parlement. Il y a eu la création   du Bloc de la Majorité Parlementaire (BMP) dont la déclaration a été lue par   Mathurin Nago,  et une autre déclaration de  15 de ces 59 députés, élus en 2015 sur la liste des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE). Ils ont pour leur part rompu les amarres avec   Boni Yayi, suspendu leur participation aux activités des FCBE, en rejoignant Patrice Talon.

Depuis, le BMP est allé de succès en victoire.  Qualifié de majorité mécanique par la minorité, elle a soutenu et voté des lois dont la nécessité n’est plus à démontrer. Le bloc se caractérise par une discipline de groupe extraordinaire. L’illustration de cette homogénéité, est la décision prise au sein du  BMP concernant le vote sur les demandes de levée d’immunité de certains députés, réclamées par la justice. Plusieurs membres du BMP ont fait savoir que le vote sera unique, et que le bloc allait donner une suite favorable à la demande de la justice.

C’est une première, de remarquer au parlement un groupe aussi solide qui résiste aux différents évènements politiques. Ni les poursuites engagées contre des députés, ni   la polémique sur la suppression du droit de grève, encore moins    le vote sur les amendements portés à la constitution, n’ont fragilisé le bloc, qui    à l’heure des regroupements politiques se retrouve parfaitement à travers les trois blocs politiques constitués.

Rouleau compresseur face à une minorité aux abois et sans arguments,    le BMP fait peur. Il fait donc l’objet d’attaques et des intoxications les plus viles dans les médias. Selon certaines rumeurs, les députés du BMP ne peuvent pas aller sur le terrain battre campagne pour le référendum et seraient en train d’escroquer Patrice Talon. Des affirmations sans fondement  et irrationnelles, quand on fait une bonne lecture politique des derniers évènements politiques. Contrairement à ces allégations, déclare un député du BMP, « certains députés de la minorité sont en train de négocier pour nous rejoindre ». Il vous suffit de suivre les débats au parlement pour le constater. Le problème aujourd’hui va-t-il terminer,  c’est que beaucoup d’entre eux, sont encore soumis à l’ancien président Boni Yayi.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here