Accueil Politique

La loupe : Djeffa ou le rêve dangereux de la Rupture

4
PARTAGER

opposition-benin

Personnellement,  l’attroupement politique de samedi dernier à Djeffa, dans la commune de Semè-Kpodji, de par son communiqué final, de par ses initiateurs, de par ses géniteurs me laisse perplexe.

Seulement, pour la vivacité de la démocratie, pour contraindre les omniscients de la Rupture à faire preuve de modestie et d’humilité dans la gestion des affaires de l’État, et leur rapport avec le bas peuple, cette rencontre, ce complot, cette ligue est nécessaire. Pourvu qu’elle ne compromette pas l’unité nationale, pourvu qu’elle ne vise pas la déstabilisation de l’ordre constitutionnel.

Un gouvernement aussi têtu,  aussi désinvolte, aussi égoïste, aussi exagérément tendu, toute chose qu’il confond avec la rigueur a besoin d’une résistance politique de cette nature.

On peut tout leur reprocher sauf d’être électoralement puissants,  charismatiquement incontournables, éloquemment populaires. Capables de troubler politiquement et de gagner toutes sortes d’élections.

Financièrement, ils comptent forcément, peu importe la source de leur richesse.

Cette machine, Patrice Talon en a besoin sur son chemin afin qu’il arrête de berner ses propres supporters, et généralement tout le pays.

D’ailleurs ça n’a pas raté. Il fallait voir ce jour-là, la particularité de l’activisme des rupturiens.

La peur a changé de camp

Maintenant, les néophytes politiques peuvent continuer bêtement à minimiser l’effroyable machine à broyer de Sébastien Ajavon qui a déjà érodé le territoire électoral d’Adrien Houngbédji, et sous estimer la légende Nicéphore Soglo en milieu fon.

Boni Yayi dans le septentrion a-t-il aujourd’hui d’égal? Ils diront oui pour continuer à racler les maigres plats de la Rupture.

Patrice Talon et ses amis ont humilié leurs propres supporters après la victoire, ils ont bafoué et piétiné ce qui constitue leur fondation,  ensuite ils sont tombés dans le piège du social et de la vieille classe politique en se mariant timidement avec des farceurs.
Et voilà!

Le rattrapage sera dur.

Dine ABDOU

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Matin Libre ». Benin Times n’es pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook

4 COMMENTAIRES

  1. Une mobilisation vertueuse ne repose jamais sur l’égocentrisme beat. Quand les trois piliers de ce rassemblement ont maille à partie avec la justice judiciaire, il est clair qu’ils cherchent à tout prix à semer la zizanie pour s’en défaire facilement. La vertu morale recommanderait que le fils Lehady Soglo fils du President Soglo revienne se soumettre à la justice de son pays pour les faits de maversation qui lui sont reprochés. Que le Président Boni Yayi ne cherche à brouiller les cartes pour la poursuite enclenchée contre ses ministres pour malversation et que le milliardaire Mr Ajavon verse â l’Etat les 165 milliards de taxes dues pour lesquelles il s’est antérieurement mis en opposition à Boni Yayi.
    Mr Tevoedjre meme sait que par sa communication de 1991, il peignait en noir les méthodes et la gestion publique et politique du President Soglo.
    Sur quelles bases logiques et vertueuses ils sont menés alors à s’entendre si ce n’est que pour empêcher la justice d’aller au bout de ses investigations.
    Tous le monde est temoon des traitements inhumains réservés au President Kerekou et toys ceux qui lui sont proches pendant le régime Soglo. Certains propos haineux prononcés à son encontre qu’il ne peut admettre qui lui soit fait tout comme si lui était plus important que kes autres.
    ll a une et même citoyenneté que chacun des béninois et pas plus. Ses écarts de comportement avaient même failli diviser le Benin.
    L’histoire est têtue et que chacun sache que les faits ne s’effacent jamais.

  2. seul l’imbécile ne change d’avis. seul celui qui ne fait ne commet d’erreur. ils n’ont pas la raison. Boni Yayi connait mieux Patrice Talon que quiconque. le bonheur dont les rupturiens n’est pas pour les humains. ils ne comprennent pas comment on pourrait faire leur bonheur sans eux. c’est ensemble que nous construire le pays. ce n’est dans la ruse et rage que le pays va se développer. le malaise est général. seuls les innocents sont perdents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here