Accueil Politique

La 8ème législature prend son envol sous haute sécurité

La 8ème législature prend son envol sous haute sécurité | Benin Times
Cérémonie d’installation demain à l’Assemblée nationale: La 8ème législature prend son envol sous haute sécurité

Les 83 députés élus aux dernières législatives seront officiellement installés dans leur fonction, ce jeudi 16 mai au parlement, dans une atmosphère nationale assez tendue. Psychose générale, craintes de soulèvements populaires, quadrillage du domicile de Boni Yayi par les forces de l’ordre, dénonciations des opposants….. Pour une première fois au Bénin, une nouvelle législature prend ainsi son envol dans un climat effrayant.

La ville de Porto-Novo est fortement militarisée depuis peu. Les alentours de l’hémicycle sont quadrillés par des soldats armés jusqu’aux dents. Signes palpables d’un évènement à hauts risques. A défaut du consensus tant souhaité, devant contribuer à faire participer toutes les tendances politiques aux législatives du 28 avril dernier, le processus électoral, malgré les multiples controverses, est allé au bout avec les deux partis en lice et jugés réglementaires, à savoir l’Union progressiste et le Bloc républicain. Les 83 députés élus sont sortis des rangs de ces deux grands partis fraichement créés et membres de la majorité présidentielle. 47 députés progressistes et 36 députés républicains constitueront donc cette 8ème législative qui sera officiellement installée demain jeudi.
Le débat semble, en tout cas, clos depuis quelques jours sur ces législatives 2019 par les institutions en charge, notamment la Commission électorale nationale autonome (Cena) et la Cour constitutionnelle. Elles ont déjà validé les résultats et rangé urnes, isoloirs, bulletins de vote, divers documents, claviers et autres. En dépit des vociférations et des cris des opposants, des grognes incessantes et des inquiétudes de certaines organisations de la société civile, ces 83 députés pro-Talon s’embarquent ainsi pour la nouvelle mandature parlementaire dès demain. Les dernières protestations sanglantes et meurtrières à Cotonou et ailleurs au Bénin, n’y ont rien pu. L’encerclement à nouveau du domicile de l’ancien Chef d’Etat, Boni Yayi à Cadjèhoun à Cotonou, soupçonné d’être l’un des commanditaires de ces actes de violences, en rajoute à l’atmosphère tendue dans laquelle s’installe cette 8ème législature. Il n’en fallait pas plus pour que les partisans et alliés du mouvement de la résistance, à la faveur d’un point de presse, tenu ce lundi, alertent l’opinion nationale et internationale sur la situation dans laquelle vit désormais, l’ancien chef d’Etat du Bénin, qui serait même interdit de visite de ses proches.
D’aucuns s’inquiètent par ailleurs de ce qui pourrait arriver au cours de cette cérémonie d’installation, au regard des derniers tristes évènements des 1er et 02 mai, où subitement des groupes de jeunes organisés ont pris d’assaut la ville de Cotonou, saccageant par-ci des installations publiques comme privées, mettant feu par là, à des édifices dans un climat de terreur jamais vécu au Bénin auparavant. Si la date du 28 avril, jour du vote avait été crainte dans une psychose généralisée, celle du 16 mai qui arrive ce jeudi, ne manque pas de semer les mêmes sentiments de peur dans les cœurs des béninois.
Bref, c’est une situation bien préoccupante dans laquelle seront installés demain jeudi les nouveaux députés. La démocratie béninoise n’en est pas moins écorchée parce que vouée aujourd’hui aux gémonies dans les médias internationaux et par certaines organisations des droits de l’homme d’envergure mondiale. Plusieurs voix continuent de s’élever au Bénin et dans le monde entier pour appeler à la nécessité d’un dialogue entre tous les acteurs en vue de sauvegarder les acquis de la Conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990.

Christian Tchanou

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Evenement précis ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook