Accueil Politique

Imbroglio autour des dispositions du nouveau code pénal : Les risques liés au populisme sont-ils encore inconnus?

Bénin/ Politique

Imbroglio autour des
dispositions du nouveau code pénal : Les risques liés au populisme sont-ils
encore inconnus?

Paul DANONGBE

Voté et adopté depuis le
05 juin 2018 à l’hémicycle avec 1700 articles, le nouveau code pénal est
déclaré conforme à l’esprit et à la lettre de la Constitution béninoise et
bouscule d’ores et déjà le confort du culte de la personnalité autrefois
instauré en règle dans le landerneau politique de notre pays.

Les regroupements et
autres manifestations à connotations propagandistes qui, subtilement, font
objet  d’instrumentalisation des
populations n’auront plus droit de cité en à croire l’article 238 qui stipule
clairement : « il est désormais interdit sur la voie publique ou dans un lieu
public, tout armé, tout attroupement non armé non autorisé qui pourrait troubler
la tranquillité publique» et dont nombre de personnes peinent encore à en
mesurer les nombreux dangers liés à cette pratique qui d’une manière ou d’une
autre déifie le dirigeant ou l’acteur politique.

Tout de suite, la
polémique s’est installée et les interprétations y vont dans tous les sens.
L’euphorie de l’analyse a manqué à la jugeote qui devrait instruire les
différents maillons de la vie publique à penser un temps soit peu à ces pauvres
populations pour la plupart “analphabètes” dont on loue les voix pour
louanger à la gloire d’untel pour des miettes.

Les habitués de la
pratique ont oublié que les paradigmes ont changé et que le pouvoir actuel sous
l’égide de son leader charismatique Patrice Talon qui, dès son investiture a
placé qui dès son investiture a placé sous la posture du symbolisme simple,  son pouvoir dans le souci de la gestion axée
sur les résultats.

Si pour certains députés
de la minorité parlementaire, la mise en conformité de cette loi vis-à-vis de
la constitution est la  caricature d’un
“braquage légal”, il convient d’admettre qu’en bien des matières,
elle sauve les populations “analphabètes” des griffes de la
clochardisation au moyen desquels les acteurs politiques les tiennent
dépendantes.

Quand est-ce qu’un élu ou
acteur politique déifié avec autant d’attitudes et propos laudateurs se
consacrera-t-il à jouer efficacement le rôle qui est le sien selon qu’il soit
de la mouvance ou de l’opposition?

Les uns et les autres, de
quelque position dans laquelle ils se retrouvent , doivent, dans un élan
patriotique saluer l’habileté ingénieuse de cette loi à encourager l’humilité
du dirigeant et surtout à délivrer les populations de l’instrumentalisation
sanglante dont elles ont souvent été exposées par des acteurs politiques
obnubilés par l’idée de se sentir dans la peau du “demi-dieu”.

Que les instigateurs et
autres apologistes tributaires de ces pratiques se ravisent et se mettent dans
les rangs pour jouer objectivement les rôles qui sont les leurs pour le
développement effectif de notre Bénin à tous.

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site « Pharaons ». Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook