Accueil Politique

« Il ne peut jamais avoir d’élection au Bénin sans partis d’opposition »

0

Les FCBE dénoncent une main noire derrière tous ses tracasseries pour l’obtention du quitus fiscal, désormais pièce maîtresse dans le dossier de candidature pour les législatives 2019.

Réuni en conférence de presse mardi dernier, le parti FCBE n’est pas allé tout doux. « L’enfant qui veut empêcher sa mère de dormir ne trouvera pas le sommeil ».C’était le mot d’entré du parti, révolté depuis un moment avec les difficultés pour l’obtention d’une pièce qui pourrait les priver d’être candidat. Nouréni Atchadé, porte-parole des FCBE ne compte pas laisser la main facile au gouvernement actuel qu’il accuse de « gérer le pays comme une épicerie ».

Les échanges ont tourné autour de deux dénonciations lors de cette rencontre. La première concerne les « achats de carte d’électeurs » et la seconde concerne la « délivrance de quitus fiscal », véritable calvaire. Le quitus fiscal est devenu le coeur au centre des dossiers de candidatures. Et il faut dire qu’à quelques jours du dépôt des dossiers, il est difficile d’obtenir cette pièce, ce qui pousse les FCBE a parlé de « manœuvres politiques » autour de la pièce. Selon Nouréni, le processus d’obtention du quitus n’évolue pas comme cela doit être, et il craint le pire comme bien d’autres d’ailleurs. « Depuis 15 jours que le processus est lancé. Toujours le statut quo. A notre connaissance, aucun quitus fiscal n’a été délivré jusqu’à ce jour », s’indigne t-il.

Face à ça, le secrétaire national adjoint des FCBE voit une main noire derrière tout ça. Théophile Yarou livre que « la délivrance du quitus ne devrait pas être politisée ». Selon lui, le problème serait que « la réforme du quitus fiscal a été liée à une élection », tout en estimant que « le quitus fiscal ne doit pas être une pièce éliminatoire ». En tout cas pour Nouréni Atchadé, « Il ne peut jamais avoir d’élection au Bénin sans partis d’opposition ». Il va conclure en disant que « les cadres seront tenus pour responsable ». Voilà qui annonce un classico politique.

Commentaires Facebook

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here