Home Politique Fermeture des organes de presse :la HAAC joue les prolongations

Fermeture des organes de presse :la HAAC joue les prolongations

Fermeture des organes de presse :la HAAC joue les prolongations | Benin Times
Le bras de fer entre la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) et les associations professionnelles du monde médiatique risque de reprendre de plus belle. Selon les déclarations faites, la semaine dernière, par le président de la Haac Adam Boni Tessi, certains organes suspendus devraient pouvoir reprendre leurs émissions, hier mardi 24 janvier 2017, après la plénière des conseillers. Mais force a été de constater que cette rencontre n’a pas eu lieu faute de quorum. Un des neuf conseillers était absent. Il s’agit de Mme Gracia Noutaï Holo.

Certains acteurs de la presse pensent, après la non tenue de cette plénière, que la HAAC se moque des journalistes. Ils attendent la suite qu’elle donnera à cette affaire pour voir quelle attitude adopter.
Plusieurs chaînes de télévision et de radio (E-télé, Eden TV, Sikka Tv, La Béninoise TV, La Chrétienne Tv, Unafrica Tv et Radio soleil Fm) ont été suspendues depuis environ deux mois par la HAAC pour violation des textes. Selon les explications du président Adam Boni Tessi, Sikka Tv, La Béninoise Tv, La Chrétienne Tv et Unafrica Tv sont des organes qui n’ont pas une convention avec la HAAC. Or, le principe est que, avant d’émettre sur le territoire national, de faire monter un signal à partir du Bénin ou de recevoir le signal et de le diffuser suivant les différents code de l’information et de la communication, il faudra avoir une convention expresse avec la HAAC. 
« Pour ce qui concerne Eden Tv et E-télé, c’est une question de délocalisation. La convention avec la HAAC stipule toujours le lieu d’implantation de la télé, le lieu d’émission, etc. Et toute modification quelle qu’elle soit doit obtenir l’accord express de l’institution. Cela n’a pas été fait et pour le cas particulier de Eden Tv », avait souligné M. Boni Tessi. Il est reproché à Soleil fm de n’avoir pas demandé une autorisation pour sa délocalisation. 
« L’acte qui a été pris n’est pas une sanction. C’est un acte pour que les gens soient obligés de venir se conformer à ce que les textes ont dit », a précisé le président de la HAAC. 
La décision de suspension desdits organes de presse a amené les professionnels des médias à organiser deux sit-in pour dénoncer cette mesure « liberticide » de la HAAC.
Florent AHOTONDJI
Réaction de l’UPMB
 



L’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB) a appris avec désolation la non tenue, le mardi 24 janvier 2017 de la plénière des conseillers de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), faute de quorum.
Une fois encore, après la non tenue de la promesse faite aux responsables des associations professionnelles des médias en décembre 2016, le Président de la HAAC vient de flouer aussi les responsables syndicaux. Et on est au regret de constater que le quorum n’a pu être obtenu à nouveau parce qu’un seul conseiller s’est présenté sur les deux qui se sont fait désirer la dernière fois.
L’UPMB estime que la plénière de ce mardi 24 janvier 2017 pouvait se tenir valablement avec les 8 conseillers présents sur 9.
En effet le dernier alinéa de l’article 89 du Règlement intérieur de la HAAC dispose : « Toutefois, en cas d’absence de certains Conseillers pour cause de missions, de maladie ou de force majeure, la HAAC peut valablement délibérer sur ces questions, conformément aux dispositions de l’article 88 ci-dessus ». L’article 88 recommande la tenue de la plénière même avec 7 conseillers.
C’est tout de même curieux que le Président de la HAAC ne cherche pas à avoir les nouvelles de son conseiller abonné absent plusieurs fois déjà à une session aussi importante. S’il est vrai qu’il n’est pas en mission pour la HAAC, son absence serait probablement liée à la maladie ou à un cas de force majeure, toutes choses prévues par le Règlement intérieur.
L’UPMB se réserve le droit de mener toutes actions nécessaires pour la réouverture sans condition et sans délai des espaces de liberté fermés au mépris des dispositions en vigueur. C’est pourquoi, elle propose au Président de donner la preuve de sa bonne foi en cherchant par tous les moyens à prendre les nouvelles du conseiller absent faire tenir inéluctablement la plénière cette semaine.
Enfin, l’UPMB renouvelle ses amitiés à l’Union islamique du Bénin, aux responsables des Centrales et Confédérations syndicales pour leur spontanéité dans la défense des libertés.
Aussi, invite-t-elle toute la société civile et surtout les responsables des partis politiques, le ministre en charge de la communication et tout le gouvernement à se joindre à elle pour la préservation de la liberté d’expression au Bénin.
Seule la lutte paie !
Fait à Cotonou, le 24 janvier 2017
Le Président de l’UPMB
Franck KPOCHEME

pressej.info

Commentaires Facebook
Lire aussi  Colloque international à Cotonou : L’Abdc fait le bilan des 25 ans de la Cour constitutionnelle