Accueil Politique

Edgard Guidibi : «Les Béninois n’ont pas fini de pleurer…»

Edgard Guidibi : «Les Béninois n’ont pas fini de pleurer...» | Benin Times

Edgard Guidibi «assume pleinement» ses propos sur la gouvernance du Bénin, de la «Refondation» à la «rupture», en passant par le «Changement». Et pour cause.

Dans un exposé fait dans un «groupe privé», il y a quelques semaines, l’ancien conseiller technique à la promotion du «Changement» n’est pas allé par quatre chemins pour dire ses quatre vérités aux Béninois, montrer comment l’intoxication, la désinformation et la manipulation de l’opinion sont devenues la chose la mieux partagée. Il l’a fait savoir dans un audio de 9 minutes qui s’est retrouvé sur la place publique, sur les réseaux sociaux. «Le serviteur de Dieu que je suis ne saurait mentir. C’est bien ma voix. Comme chacun de nous le fait souvent en privé, je m’y suis donc laissé aller à mon cœur, qui saigne aujourd’hui pour le Bénin, en disant aux quelques personnes présentes, mes profondes convictions pour le Bénin. Mais je dois préciser que je n’ai pas publié cet audio, ni souhaité, ni été informé de sa publication», a-t-il fait observer. Mais que contient, au juste, cet audio, qui continue de faire des vagues ?

Edgard Guidibi n’a pas porté de gants. Il a montré comment l’ancien chef de l’Etat, Dr Thomas Boni Yayi, s’est sacrifié pour le Bénin, pendant 10 ans, avec un bilan reluisant et substantiel.

De son exposé, on comprend que la campagne d’intoxication mise en œuvre par ses détracteurs a contribué à ternir l’image de son régime. «Je me rappelle à un moment, par exemple, on disait que Yayi Boni ne nommait que des gens du Nord… Mais c’était faux qu’il n’avait nommé plus des gens du Nord que des gens du Sud. Ce qui parait n’est pas toujours ce qui est. Personne ne faisait un travail comparatif de chiffres. Mais j’ai mis mes assistants à contribution. J’ai été de ministère en ministère. J’ai sorti toutes les nominations de Yayi. J’ai fait des statistiques précises et j’ai donné les chiffres département par département. Et les chiffres étaient clairs. Yayi avait nommé plus de gens du Sud que du Nord. D’ailleurs, j’avais dit c’est où le Sud, c’est où le Nord. Vous considérez les Collines comme le Nord ou le Sud ? Le Nord commence où? Le Sud commence où ? Personne n’a été capable de me dire. Les chiffres étaient clairs. Il n’avait pas nommé plus de gens du Nord que du Sud…», a-t-il révélé. «…aujourd’hui, on nous dit que Yayi a laissé le pays dans un piteux état, évidemment personne ne parle… les chiffres sont là. Quand Yayi est venu, il y avait trois cent millions (300.000.000) dans les caisses de l’Etat. Ça avait fait beaucoup de scandales. Quand Yayi est parti, il y avait quarante sept milliards (47.000.000.000) dans les caisses de l’Etat. C’est des chiffres. La communication, c’est de la manipulation. On dit oui il y a 47 milliards mais il y a une dette intérieure de 125 milliards ou je ne sais quoi, tout le monde crie. Quel pays n’a pas de dette intérieure? Qui parmi vous ici ne donne pas plus qu’il n’a, n’a pas plus de dépenses prévues que d’argent dans sa poche? Ce sont des dettes intérieures», a indiqué Edgard Guidibi. «Quand Yayi est venu, ça faisait des années que les fonctionnaires depuis les sept ans du Prpb, il y avait des arriérés de salaires non payés. C’est par Yayi qui a fait titrisation et qui a remboursé des gens à plusieurs fois (…). Les gens n’avaient pas des arriérés de sept ans ou de sept mois de salaire qu’on avait oubliés. Ce n’est pas Yayi qui est venu les payer? Quand Yayi est parti, il y a combien d’arriérés de salaire ? Aujourd’hui, à tous les carrefours, vous avez trop de policiers. Il a recruté des milliers de policiers. A peine parti, ils ont déjà perdu le contrat de l’Onu en Côte d’Ivoire et ça ne fait que commencer…», a-t-il déclaré. «La vérité et les Béninois vont le comprendre très rapidement, Yayi est le meilleur Président de tous les Présidents que le Bénin a eu. Aucun Président n’a fait pour le Bénin ce que Yayi a fait en 10 ans. Ecrivez ça, vous le verrez. Il a triplé le salaire de certains, les magistrats, les enseignants, les médecins. Il a équipé. Il a construit des routes, il a fait des écoles. Gratuité de la césarienne, microfinance. Il a un bilan extraordinaire… Il est plus travailleur que tous les Chefs d’Etat élus. Il était sur tous les fronts à la fois pendant dix ans de manière infatigable. Il faut apprendre à être honnête. Tant que ce pays ne sera pas honnête, nous souffrirons parce que l’ingratitude crée toujours des problèmes», a-t-il souligné. «C’est la méchanceté qui est en train de détruire le Bénin… Et les Béninois n’ont pas fini de pleurer. Mais si on regarde le cœur de Yayi, les actions de Yayi, le bilan de Yayi, vous allez rapidement comprendre qu’il n’était pas le pire. Loin de là, et ce que les Béninois ne lui ont pas pardonné, c’est que c’est le premier Chef de l’Etat qui en dix ans a battu à toutes les élections la classe politique. Ils n’ont rien pu faire jusqu’à son départ. Et maintenant, ils veulent le punir quand il a fini son mandat. Ils se punissent eux-mêmes, le gars a fini son mandat. On devrait applaudir Yayi. Il n’est pas parfait mais aucun de ceux qui parlent là ne peuvent lui jeter la pierre», estime Edgard Guidibi, dans son témoignage.

Etienne AVONON

aCotonou

Commentaires Facebook